ADORER À L’ÉCOLE DE L’ÉVANGILE

INTRODUCTION  – 19h45
Prière communautaire au début de chaque mois :
1) pour prier aux intentions de la paroisse – notamment l’unité ;
2) pour prier les uns pour les autres ;
3) pour nous convertir en nous laissant transformer intérieurement.

Thème de ce mois : Adorer à l’école de l’Évangile. Pourquoi ? Dans l’Évangile, tout est bon ; même les « seconds rôles ». C’est ce que nous verrons ce soir…En effet, écoutons le témoignage de ceux qui ont connu le Christ et qui, ce soir, seront nos maîtres dans cette prière d’adoration.
Les textes bibliques pour nous aider à prier mais attention le texte qui sera lu = prise de parole de la part d’un personnage de l’évangile : le publicain, le vieillard Siméon, le jeune homme riche et enfin les bergers.

Deux prêtres pour ceux qui voudraient les rencontrer.

Petits points prières – Laetitia

Répétition des chants

EXPOSITION DU SAINT SACREMENT – 20h05

En même temps que le prêtre expose le Saint Sacrement, on chante : Âme du Christ.

1) Ame du Christ, sanctifie-moi !
Corps du Christ, sauve-moi !
Sang du Christ, enivre-moi !
Eau du côté du Christ, lave-moi !

2) Passion du Christ, fortifie-moi !
O bon Jésus, exauce-moi !
Dans tes blessures, cache-moi !
Ne permets pas que je sois séparé de Toi !

3) De l’Ennemi, défends-moi !
A ma mort, appelle-moi !
Ordonne-moi de venir à Toi
Pour qu’avec les saints, je te loue
Dans les siècles des siècles !
Ainsi soit-il !

MISE EN PRÉSENCE DE DIEU – 20h10

Essayons de réaliser que c’est notre Dieu, Créateur du Ciel et de la Terre, qui est présent au milieu de nous.

Silence

Prions tous ensemble en reprenant les mots de saint Augustin :

« Seigneur Jésus, notre Sauveur, nos cœurs sont froids ;
Seigneur, réchauffe-les par ton amour dévoué.
Nos cœurs sont pécheurs ;
Seigneur, purifie-les par ton Sang précieux.
Nos cœurs sont faibles ;
Seigneur, affermis-les par ton esprit de joie.
Nos cœurs sont vides ;
Seigneur, remplis-les de ta Présence divine.
Seigneur Jésus, nos cœurs sont à Toi ; empare-Toi d’eux
pour toujours, qu’ils soient tout entiers à toi. Amen.

Regardons notre Seigneur pour Lui devenir semblable. Laissons-nous transformer par Lui. Donnons-nous entièrement à Lui.

– Silence –

I) L’EXEMPLE DU PUBLICAIN : SE METTRE EN PRÉSENCE DE DIEU EN RECONNAISSANT NOTRE MISÈRE – 20h15
(Lc 18, 9-14)

Lecteur 1
Le publicain était là dans l’ombre et n’osait pas s’approcher. Je l’ai fait venir et il a pris la parole : « Moi, je suis le publicain, vous m’excuserez, mais je ne suis guère habitué à parler en public. Mon témoignage, il est simple. Je montais souvent au Temple pour prier, mais je n’osais pas m’avancer, je restais au fond, dans l’ombre, les yeux baissés, et ma prière consistait à me frapper la poitrine en disant : « Seigneur, aie pitié du pécheur que je suis ! »
– courte pause (5s) pour bien marquer le passage –

Lecteur 2
Le publicain nous dit ce soir : « Je voudrais vous inviter à faire comme moi dans l’adoration. Nous savons bien que nous sommes indignes de paraître devant le Seigneur, et pourtant il nous invite à venir auprès de Lui, alors approchez-vous de Lui et vous aussi, dites : « Seigneur, aie pitié du pécheur que je suis ! » La reconnaissance de notre misère, de notre pauvreté, ouvre les flots de l’amour  divin, heureux de pouvoir se répandre et se communiquer à un cœur qui a soif d’amour et de miséricorde. Dieu attend cela de nous pour pouvoir agir en nous, pour pouvoir nous donner son amour en abondance ».
– 30s de silence –

Chant : Vous serez vraiment grand (reprendre 4-5x ce refrain).
Vous serez vraiment grands dans la mesure où vous êtes petits.
Vous serez alors grands dans l’Amour (x2).

– Silence complet 10 mn –

Prière :
« Pardonne-moi d’être lent à comprendre ; pardonne-moi de permettre aux choses de ce monde de me distraire, de me déranger, de me détourner de Toi ; pardonne-moi de trouver si facilement des excuses pour ne pas prier ; pardonne-moi pour les moments où j’ai considéré la prière comme difficile.

Guéris mon cœur et mon âme ; protège-moi du mal ; bénis, protège et guéris tous ceux pour qui je vais prier ; libère du mal nos familles, nos communautés, l’Église et le monde pour que ton Royaume éternel parvienne à nous, Toi qui vis et règne pour les siècles des siècles. Amen ».
(du père Slavko)
– Silence (5mn) –

II) L’EXEMPLE DE SIMÉON : PRENDRE JÉSUS DANS SES BRAS – 20h40
(Lc 2, 25-35)

Lecteur 1
L’évangile nous dit de Syméon : « Cet homme était juste et pieux ; il attendait la consolation d’Israël et l’Esprit Saint reposait sur lui ». Son unique désir était de faire la volonté de Dieu.
Maintenant que nous l’avons présenté, il peut nous apporter son témoignage : « Un jour, poussé par l’Esprit, je suis venu au Temple et quand les parents arrivèrent avec le petit enfant Jésus, je me suis approché et, sans que je ne demande rien, la Sainte Vierge a mis l’enfant dans mes bras ; j’étais bouleversé, car au fond de mon cœur, l’Esprit Saint me fit comprendre : « C’est Lui ! » Alors je l’ai serré dans mes bras, sur mon cœur, et là, l’Esprit Saint a mis sur mes lèvres les paroles du «  Maintenant, ô Maître souverain… »
– courte pause (5s) pour bien marquer le passage –

Lecteur 2
Siméon nous dit ce soir :
« Si je vous raconte tout cela, c’est pour vous inviter à vivre la même expérience dans l’adoration : quand vous êtes là, devant le Saint-Sacrement, l’Esprit-Saint continue à vous murmurer : « C’est Lui ! » Alors, n’hésitez pas à faire comme moi, à prendre l’enfant Dieu dans vos bras et à le serrer sur votre cœur. L’adoration, c’est cela : être là, Lui près de moi et moi près de Lui, ensemble dans le silence de l’amour. Vous pouvez redire mon cantique car vous le vivez : « Mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparés à la face de tous les peuples, lumière pour éclairer les nations et gloire de ton peuple Israël ». L’adoration vous fait entrer dans son intimité, votre regard contemple Celui qui est le salut et la lumière pour toutes les nations, Celui qui est votre lumière et votre salut ; dans le silence, adore-Le ».
– 30s de silence –

Chant : Tournez les yeux vers le Seigneur.
Tournez les yeux vers le Seigneur
Et rayonnez de joie !
Chantez son nom de tout votre cœur,
Il est votre sauveur, c’est Lui votre Seigneur.

2. Dieu regarde ceux qu’il aime, il écoute leur voix.
Il les console de leurs peines et il guide leurs pas..

3. Ceux qui cherchent le Seigneur, ne seront privés de rien.
S’ils lui  ouvrent leur cœur, ils seront comblés de biens.

– Silence complet 10 mn –

Prière :
« Jésus, je suis attiré par ta parole car elle a été dite pour moi aussi. Me voici devant Toi. Je Te prie. Nourris-moi et donne-moi à boire. J’ai faim et soif. Rien d’autre ne peut me rassasier. Rien d’autre ne peut me désaltérer car tout passe, tout est futile. Merci Jésus parce que Tu es la réponse à ma faim et à ma soif ».
(du père Slavko)
– Silence (5mn) –

III) L’EXEMPLE DU JEUNE HOMME RICHE : SE LAISSER TOUCHER PAR LE REGARD ET PAR L’AMOUR DE DIEU – 21h05
(Mc 10, 17-23)

Lecteur 1
Un homme s’était approché, nul ne sait son nom, saint Marc nous parle d’un homme riche et les autres synoptiques d’un jeune homme riche. Il prit la parole à son tour, mais il paraissait tout triste : « Moi, je suis un homme riche, mais en même temps je porte en moi le désir d’accomplir la Loi le plus parfaitement possible. Un jour, sachant que Jésus allait passer, je suis venu à sa rencontre et je me suis prosterné devant Lui en Lui demandant : « Bon Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? » Jésus me fit cette réponse : « pourquoi m’appelles-tu bon ? Nul n’est bon que Dieu seul. Tu connais les commandements ». Et Il me rappela tous les commandements qui avaient rapport au prochain. Je me sentais conforté, car tout cela je l’avais observé depuis ma jeunesse. Alors, Jésus posa son regard sur moi, je sentis même qu’Il m’enveloppait de tout son amour et Il me dit : « une seule chose te manque, va, ce que tu as, vends-le et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; puis viens, suis-moi ». Mais à ces mots, je sentis ma gorge se nouer, la tristesse m’envahir et je partis tout triste car j’avais de grands biens.
courte pause (5s) pour bien marquer le passage –

Lecteur 2
Le jeune homme riche nous dit ce soir : « J’ai voulu témoigner devant vous aujourd’hui, car depuis deux mille ans, j’ai beaucoup réfléchi et je voudrais que vous ne connaissiez pas une tristesse semblable à la mienne. Quand vous allez prier, quand vous êtes devant le Saint-Sacrement, adorez-le, adorez-le de tout votre être. Ensuite, laissez-le faire jaillir en vous la source de l’amour. Alors quand vous entendrez ses paroles : « Une seule chose te manque, va, vends tout, puis viens, suis-moi », il vous donnera son amour pour dire : « Oui ». En effet, il n’y a pas d’autre chemin pour avoir en héritage la vie éternelle. Il faut se désapproprier de soi-même et de tous ses biens pour se recevoir du Père en Jésus-Christ à chaque instant. L’adoration vous aide à vivre ce chemin de désappropriation, d’appauvrissement de vous-mêmes. Mais surtout, il vous faudra ensuite venir à Lui et marcher à sa suite, les yeux fixés sur Lui. Tel est le chemin du bonheur pour lequel nous sommes faits ».
– 30s de silence –

Chant : Ô prends mon âme.
1. Oh ! Prends mon âme, prends-la, Seigneur !
Et que Ta flamme brûle en mon cœur !
Que tout mon être vive pour Toi,
Sois seul mon maître, ô divin Roi !

Source de Vie, de paix, d’amour,
Vers Toi je crie, la nuit, le jour !
Entends ma plainte, sois mon soutien !
Calme ma crainte, Toi, mon seul bien !

2. Du mal perfide, oh ! garde-moi !
Viens, sois mon guide, chef de ma foi !
Quand la nuit voile tout à mes yeux,
Sois mon étoile, brille des cieux !

3. Voici l’aurore d’un jour nouveau,
Le ciel se dore de feux plus beaux.
Jésus s’apprête, pourquoi gémir ?
Levons nos têtes, Il va venir !

– Silence complet 10 mn –

Prière :
« A chaque souffle de mon être, à chaque battement de mon cœur, à chacune des pulsations de mon sang dans mon corps, autant de fois je désire exalter ta Miséricorde, o très Sainte Trinité.
Aide-moi Seigneur pour que mes yeux soient miséricordieux, pour que je ne soupçonne jamais ni ne juge selon les apparences extérieurs mais que je discerne la beauté dans l’âme de mon prochain et que je lui vienne en aide.
Aide-moi Seigneur pour que ma langue soit miséricordieuse afin que je ne dise jamais de mal de mon prochain mais pour que j’ai pour chacun un mot de consolation et de pardon.
Aide-moi Seigneur pour que mon cœur soit miséricordieux afin que je ressente toutes les souffrances de mon prochain. Et moi, je m’enfermerai dans le cœur très miséricordieux de Jésus. Je tairai mes propres souffrances. Que ta miséricorde repose en moi, ô mon Seigneur.
(de sœur Faustine)
– Silence (5mn) –

IV) L’EXEMPLE DES BERGERS : TÉMOIGNER DES MERVEILLES DE DIEU – 21h30
(Lc 2, 8-20)

Lecteur 1
Les bergers étaient arrivés sans bruit avec leurs chiens. Eux, ils avaient deux choses à nous raconter. L’ange leur avait dit ce qui venait de se passer à Bethléem. Ils étaient venus et ils avaient vu : un enfant caché dans une mangeoire, et auprès de Lui Marie et Joseph. L’ange leur avait bien dit qu’il s’agissait du Sauveur, du Christ Seigneur, mais là, ils se sentaient dépassés, comme vous quand vous adorez le Seigneur.
Cependant, ce dont ils voulaient témoigner est qu’il s’agissait bien d’un enfant, d’un tout petit. Et leur témoignage rejoignait le désir même de Dieu : se faire petit enfant pour nous apprendre à le devenir nous aussi.
– courte pause (5s) pour bien marquer le passage –

Lecteur 2
Les bergers nous disent ce soir : « dans l’adoration, nous contemplons l’enfant Dieu, et Il peut nous assimiler à Lui et nous faire comprendre que nous ne pourrons entrer dans la vie si nous ne devenons pas comme Lui, un petit enfant, l’enfant bien-aimé du Père ; Il veut nous prendre en Lui pour nous faire entrer dans la vie de la Trinité Sainte.
Et l’enfant, Il était dans une mangeoire comme pour annoncer le mystère eucharistique que vous contemplez : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, vous n’aurez pas la vie en vous : quel mystère ! »
La deuxième chose dont les bergers veulent témoigner devant vous aujourd’hui est importante aussi. Après être restés un moment auprès de l’Enfant Dieu, ils sont repartis en louant le Seigneur et en proclamant haut et fort tout ce qu’ils avaient vu, auprès de tous ceux qu’ils rencontraient. En fait, si vous demeurez auprès de l’Enfant Dieu présent dans l’Eucharistie, l’Esprit Saint vous donnera un cœur d’enfant et vous porterez témoignage de toutes les merveilles que le Seigneur a faites dans vos vies. Vos yeux redeviendront des yeux d’enfant, capables de s’émerveiller, et vous ne pourrez pas ne pas devenir des évangélisateurs. La mission s’enracine dans l’adoration.
– 30s de silence –

Chant : Jésus, Toi qui a promis (Reprendre ce refrain 3x).
Jésus, Toi qui a promis d’envoyer l’Esprit, à ceux qui Te prient ;
O Dieu, pour porter au monde Ton Feu, voici l’offrande de nos vies.

– Silence complet 10 mn –

Prière :
« Il n’y a pas de paix véritable sans prière. Ne parlez pas de la paix mais faites la paix avec Dieu, en famille, avec vos proches.

Le fruit de la paix est l’amour, le fruit de l’amour est le pardon. Priez, priez, priez ; car la prière est le fondement de votre paix ».
(message de Medjugorje)

Silence (5mn) –

DÉPOSITION DU SAINT SACREMENT – 21h55

Chant : Tantum Ergo / Encensement

Tantum ergo sacramentum    Ce sacrement est admirable !
Veneremur cernui, Vénérons-le humblement,
Et antiquum documentum Et qu’au précepte d’autrefois
Novo cedat ritui : Succède un rite nouveau!
Praestet fides supplementum Que la foi vienne suppléer
Sensuum defectui. A nos sens et à leurs limite!
Genitori Genitoque Au Père, au Fils, notre louange,
Laus et jubilatio L’allégresse de nos chants :
Salus, honor, virtus quoque Salut, et puissance, et honneur
Sit et benedictio : Et toute bénédiction!
Procedenti ab utroque A l’Esprit du Père et du Fils,
Compar sit laudatio. Égale acclamation de gloire!

Bénédiction :
Que le Seigneur te bénisse et te garde,
Qu’Il fasse pour toi rayonner son visage.
Que le Seigneur te découvre sa face,
Te prenne en grâce et t’accorde la paix.

LOUANGE (pour ceux qui veulent)

Acclamez Dieu, toute la terre
Acclamez Dieu toute la terre,
Servez-le dans l’allégresse,
Allez à lui avec des chants de joie,
Car éternel est son amour.
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia.
Allez à lui en rendant grâce,
Dans ses parvis avec des hymnes,
Rendez-lui grâce et bénissez son nom,
Car éternel est son amour.
Lui, le Seigneur est notre Dieu,
Nous le troupeau de son bercail,
Il nous a faits et nous sommes à lui,
Car éternel est son amour.

Méditations extraites de : Mgr Jean-Pierre Cattenoz, Adorer à l’école de l’Évangile, Éditions de l’Emmanuel, 2009.

Les commentaires sont clos.