« Carême : Temps de conversion et du silence des coeurs »

Homélie du 1er dimanche de carême

(Gn 9, 8-15 ; 1 P 3, 18-22 ; Mc 1, 12-15)

Frères et sœurs dans le Christ,

Depuis le mercredi des cendres, nous sommes entrés en carême. Le carême est un temps fort et un temps privilégié pendant lequel nous sommes en marche vers Pâques. C’est un temps de préparation au mystère pascal, mystère de la mort et de la résurrection du Seigneur. L’Evangile de ce premier dimanche de carême, nous parle de la tentation de Jésus par Satan. Jésus, après avoir été baptisé par Jean, fut poussé par l’Esprit au désert, lieu d’épreuve, de solitude et de tentation pour y être tenté. Il y reste quarante jours et quarante nuits. Pourquoi reste-il quarante jours au désert ? Et que représente ce chiffre quarante dans la tradition biblique ? En effet, le chiffre quarante, est l’essence d’un temps symbolique d’une grande richesse. Les quarante jours sont la durée du séjour de Jésus au désert, de la marche du prophète Elie, après qu’il ait été nourri par les oiseaux du ciel, les quarante ans des hébreux après leur sorti d’Egypte vers la terre de la promesse.

La Parole de Dieu de ce dimanche nous invite à suivre Jésus au désert, à disposer notre cœur à la prière du cœur. Le carême, c’est un temps de conversion et de renouvellement d’alliance entre Dieu et les hommes. Ainsi, l’Eglise nous propose ces quarante jours pour prier, vivre le partage et écouter dans le silence de notre cœur la voix du Seigneur. Ainsi, ce temps de carême doit-être marqué par le silence du cœur. C’est dans ce silence du cœur que nous pouvons écouter la voix et la Parole du Seigneur. Jésus est lui-même un homme du silence. Il a commencé sa vie dans le silence de la crèche à Bethlehem, il a passé trente ans de vie caché dans sa ville de Nazareth jusqu’au silence de la croix. Ce temps de carême doit donc rester pour nous un temps du silence spirituel où nous écoutons la Parole de Dieu et la méditons dans nos cœurs. Plus nous aspirerons au silence du cœur, plus nous serons inspirés à l’écoute de cette Parole.

Frères et sœurs dans le Christ, l’Evangile de ce dimanche nous invite aussi à la conversion du cœur et à la foi en l’Evangile. Au début de son ministère public Jésus enseigne la Parole et dit : « Convertissez-vous, et croyez à la bonne nouvelle ». Se convertir de ses péchés, c’est changer de vie pour  devenir un homme nouveau ; c’est renaître de l’Esprit Saint pour être une nouvelle créature dans le Christ Jésus. Il nous invite à quitter les ténèbres pour les œuvres de lumière. Croire à la bonne nouvelle de Jésus, ce n’est pas adhérer à une vérité abstraite ou à une idéologie quelconque. La Bonne nouvelle c’est Jésus lui-même. Croire à l’Evangile, c’est porter son regard vers le Christ mort et ressuscité. C’est lui donner toute notre confiance, tout notre amour. Cela ne peut-être manifesté que dans notre vécu, à travers notre témoignage de charité. En ce sens, le carême est un temps fort de vivre intensément la prière, le jeûne, le partage et la charité. Ce sont des moyens que l’Eglise nous propose pour fortifier notre foi pendant ce temps et faire participer notre corps et notre volonté en cette quête de Dieu. Que ce temps de carême nous entraîne au partage et au service du prochain, et que le Seigneur suscite en nous le désir de l’écoute de sa parole et de la conversion du cœur.

Père Gustave Lusasi Tampiku

Amen !

 

Les commentaires sont clos.