Dimanche 25 mars 2012 5ème dimanche de carême

« Nous voulons voir Jésus. »

Le Carême suit son cours, comme Jésus vainqueur du tentateur au désert, que nos efforts du jeûne, de prière et de partage, nous conduisent sur les pas de notre Seigneur Jésus Christ.
Grâce au serpent de bronze élevé par Moïse dans le désert, les Hébreux pouvaient avoir la vie sauve. De même, Jésus sera élevé sur la croix, terme qui désigne à la fois l’offrande de sa vie et son ascension dans la gloire. Dieu n’est pas le juge du monde, il lui accorde la lumière mais la liberté de l’homme lui donne la possibilité de préférer les ténèbres au lieu d’accueillir la lumière (le quatrième dimanche de Carême).
Aujourd’hui (cinquième dimanche du temps de Carême), le Prophète Jérémie (dans la première lecture) annonce une nouvelle alliance pour substituer l’ancienne profanée et brisée par le peuple de Dieu. Cette fois-ci, c’est dans le cœur des hommes, que le Seigneur Dieu gravera ses instructions. Sous la plume de Saint Paule (seconde lecture), nous comprenons que, c’est parce qu’il a reçu directement de Dieu sa qualité de grand-prêtre, Jésus ne choisit pas le chemin de la facilité : prières, larmes… constituent sont fardeau quotidien. A travers nos souffrances portées, il réalise et atteint sa gloire.
« Nous voulons voir Jésus » (Evangile). Le désir des grecs de vouloir rencontrer Jésus, les amène à se confier à Philippe. La réponse de Jésus semble être à l’antipode de la demande de ceux-ci. Car au lieu d’y répondre, Jésus annonce sa Passion. Il leur donne à voir le sens profond de « l’heure ». C’est « l’heure » du choix entre la fertilité et la stérilité de sa mission. Il n’est plus question de vivre ou de mourir.  C’est l’heure d’un discernement entre le monde d’ici bas, marqué par la gloire humaine, les ténèbres, le mensonge, le péché et la mort ; et le monde de la gloire divine (du père), de la lumière, de la vérité et de la vie éternelle. Dès lors Jésus, nous laisse comprendre que, celui qui accepte de la suivre en donnant sa vie pour ses frères, ses proches, … entre dans la présence de son Dieu.
Nous te rendons grâce, Père, pour ton Fils : l’heure venue, il s’est  livré pour ses amis.

Père Henri SAMBOU

Lecture du livre de Jérémie 31, 31-34

Voici venir des jours, déclare le Seigneur, où je conclurai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une Alliance nouvelle. Ce ne sera pas comme l’Alliance que j’ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir d’Égypte : mon Alliance, c’est eux qui l’ont rompue, alors que moi, j’avais des droits sur eux. Mais voici quelle sera l’Alliance que je conclurai avec la maison d’Israël quand ces jours-là seront passés, déclare le Seigneur. Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ; je l’inscrirai dans leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Ils n’auront plus besoin d’instruire chacun son compagnon, ni chacun son frère en disant : « Apprends à connaître le Seigneur ! » Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands, déclare le Seigneur. Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés.

Psaume 50
R/ Donne-nous, Seigneur, un cœur nouveau !

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
Selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
Purifie-moi de mon offense.

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
Renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
Ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
Que l’esprit généreux me soutienne.
Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ;
Vers toi, reviendront les égarés.

Lecture de la lettre aux Hébreux 5, 7- 9

Le Christ, pendant les jours de sa vie mortelle, a présenté, avec un grand cri et dans les larmes, sa prière et sa supplication à Dieu qui pouvait le sauver de la mort ; et, parce qu’il s’est soumis en tout, il a été exaucé. Bien qu’il soit le Fils, il a pourtant appris l’obéissance par les souffrances de sa Passion ; et, ainsi conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 12, 20-33

Parmi les Grecs qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu durant la Pâque, quelques-uns abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée. Ils lui firent cette demande « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André ; et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue pour le Fils de l’homme d’être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. Maintenant je suis bouleversé. Que puis-je dire ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ? — Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! »  Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. »En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre ; d’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi que cette voix s’est fait entendre, c’est pour vous. Voici maintenant que ce monde est jugé ; voici maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. »

Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

Les commentaires sont clos.