Editorial du 3è dimanche de Carême

Elisons le Carême !

En cette année d’élections présidentielles et législatives, les évêques de France nous adressaient un message début octobre dernier (consultable sur http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/elections-un-vote-pour-quelle-societe–12713.html), et nous disaient: « Prions pour que le désir du bien de tous domine dans nos choix et dans ceux de nos concitoyens. ». Dans le même mouvement, le CCFD-Terre Solidaire invite à une réflexion chrétienne sur le sens de l’engagement politique.

Une réflexion en lien avec les questions de solidarité internationale, à partir de différentes contributions du Nord et du Sud.

 Fort de ces convictions et de l’expérience de ses partenaires, le CCFD-Terre Solidaire interpelle les candidats aux élections présidentielle et législatives sur les thèmes suivants :

► Globalisation économique et développement

• Encadrer les activités et renforcer la responsabilité des entreprises transnationales en matière de droits humains, de standards environnementaux et fiscalité.

• Lutter contre l’évasion fiscale, l’opacité financière et les paradis fiscaux.

• Taxer les transactions financières internationales et dégager des financements innovants pour le développement.

• Défendre la souveraineté alimentaire, lutter contre la volatilité des prix et l’accaparement des terres agricoles, promouvoir un nouveau modèle de production agricole.

► Paix et droits de l’homme

• Respecter les droits des migrants et soutenir une gouvernance mondiale des migrations.

• Engager les conditions d’une résolution du conflit israélo-palestinien.

• Encadrer et rendre transparentes les exportations d’armes conventionnelles.

Enfin, dimanche 19 février, en compagnie des PP. Christian Mellon s.j. et Bernard Glaisner, la délégation proposait une journée de réflexion et de partage sur la plaquette « Au service du bien commun ».

Le pape Benoît XVI écrit dans Caritas in veritate : « A côté du bien individuel, il y a un bien lié à la vie en société : le bien commun. C’est le bien du « nous-tous », constitué d’individus, de familles et de groupes intermédiaires qui forment une communauté sociale… »

Par sa destination, le bien commun doit ainsi contribuer à l’accomplissement de tout homme. « Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage de tous les hommes et de tous les peuples, en sorte que les biens de la création doivent équitablement affluer entre les mains de tous, selon la règle de la justice, inséparable de la charité. C’est pourquoi l’homme, dans l’usage qu’il en fait, ne doit jamais tenir les choses qu’il possède légitimement comme n’appartenant qu’à lui, mais les regarder aussi comme communes : en ce sens qu’ils puissent profiter non seulement à lui, mais aussi aux autres. » (Concile Vatican 2, GS 69)

Et si notre effort de carême consistait cette année à nourrir notre réflexion politique en vue des prochaines échéances ?

P. Frédéric Mounier, Aubervilliers

Les commentaires sont clos.