26ème dimanche du Temps Ordinaire, éditorial

Notre-Dame des Vertus, Sainte Marthe des Quatre-Chemins, Saint Paul du Montfort

UNE ANNEE RICHE ET PLURIELLE.
Nous venons de commencer une année pastorale qui se présente riche en défis et invitations.
Permettez-moi dans cet « Édito » de les évoquer brièvement.
Premier défi pour notre année pastorale : nous sommes invités à célébrer avec toute l’Église le cinquantième anniversaire de Vatican II. Il faut le redécouvrir, revisiter et aimer les textes qu’il nous a laissés, les travailler et surtout les mettre en pratique. Au niveau diocésain un cycle de 3ans « à la découverte de Vatican II » nous sera proposé.
Au même temps et en relation avec l’anniversaire conciliaire Benoît XVI a déclaré cette année : année de la foi (11 octobre 2012 – 24 novembre 2013). Dans la lettre apostolique « Porta Fidei »,  Benoît XVI a souligné l’exigence de retrouver un chemin de foi capable de mieux éclairer la joie qu’il y a à rencontrer le Christ. Cette année particulière « entend avant tout soutenir la foi des nombreux croyants qui, dans l’agitation du quotidien, ne cessent de témoigner dans leur vie du Seigneur ». « Prions en Église » nous aidera à vivre cette année avec un fascicule autour de l’année de la foi. Un troisième défi : Le Synode de l’Église Universelle qui a comme thème : « La nouvelle Évangélisation ». Le Document de travail du synode consacré à la nouvelle évangélisation, prévu au Vatican du 7 au 28 octobre, a été publié à Rome mardi 19 juin. Ce texte prend acte des difficultés de l’Église catholique à témoigner de la foi, dans un monde sécularisé.
Ni irénisme, ni catastrophisme. Compte tenu de la diversité des situations culturelles, politiques ou ecclésiales vécues par l’Église dans le monde, les rédacteurs du texte se sont appliqués à dégager une vision réaliste, mais confiante, des difficultés rencontrées sur le terrain, non seulement pour la dite « nouvelle » évangélisation, mais pour l’évangélisation tout court. Le Synode apportera à l’Église un nouvel élan évangélisateur. Encore un dernier défi :  « Diaconia 2013, servons la Fraternité », projet de l’Église de France. L’année dernière lors de la rencontre de Pentecôte à l’Ile des Vannes, les Paroisses ont présenté leur livre des fragilités et des merveilles. Le grand projet Diaconia continue, une grande rencontre est prévue le mois de mai à Lourdes. Il faut que la « Diaconia »,  « le service des pauvres » soit vraiment au cœur de notre foi.
On pourrait encore parler des JMJ de Rio, de la rencontre des Jeunes au parvis de la Cathédrale le samedi 27 octobre… et de tous les projets paroissiaux….
Bonne année Pastorale à toutes et à tous !

Père Jacques RIERA, curé de sainte Marthe de Pantin

Lecture du livre des Nombres 11, 25-39
Le Seigneur descendit dans la nuée pour s’entretenir avec Moïse. Il prit une part de l’esprit qui reposait sur celui-ci, et le mit sur les soixante-dix anciens du peuple. Dès que l’esprit reposa sur eux, ils se mirent à prophétiser, mais cela ne dura pas. Or, deux hommes étaient restés dans le camp ; l’un s’appelait Eldad, et l’autre Médad. L’esprit reposa sur eux ; bien que n’étant pas venus à la tente de la Rencontre, ils comptaient parmi les anciens qui avaient été choisis, et c’est dans le camp qu’ils se mirent à prophétiser. Un jeune homme courut annoncer à Moïse : « Eldad et Médad prophétisent dans le camp ! »Josué, fils de Noun, serviteur de Moïse depuis sa jeunesse, prit la parole : « Moïse, mon maître, arrête-les ! » Mais Moïse lui dit : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux, pour faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! »

Lecture de la lettre de saint Jacques 5, 1-6
Écoutez-moi, vous, les gens riches ! Pleurez, lamentez-vous, car des malheurs vous attendent. Vos richesses sont pourries, vos vêtements sont mangés des mites, votre or et votre argent sont rouillés. Cette rouille vous accusera, elle dévorera vos chairs comme un feu. Vous avez amassé de l’argent, alors que nous sommes dans les derniers temps ! Des travailleurs ont moissonné vos terres, et vous ne les avez pas payés ; leur salaire crie vengeance, et les revendications des moissonneurs sont arrivées aux oreilles du Seigneur de l’univers. Vous avez recherché sur terre le plaisir et le luxe, et vous avez fait bombance pendant qu’on massacrait des gens. Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué, sans qu’il vous résiste.

Évangile de Jésus Christ selon S. Marc 9, 38-43.45.47-48
Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un chasser des esprits mauvais en ton nom ; nous avons voulu l’en empêcher, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. » Jésus répondit : « Ne l’empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous. Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense. Celui qui entraînera la chute d’un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main t’entraîne au péché, coupe-la. Il vaut mieux entrer manchot dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux mains dans la géhenne, là où le feu ne s’éteint pas. Si ton pied t’entraîne au péché, coupe-le. Il vaut mieux entrer estropié dans la vie éternelle que d’être jeté avec tes deux pieds dans la géhenne. Si ton oeil t’entraîne au péché, arrache-le. Il vaut mieux entrer borgne dans le royaume de Dieu que d’être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. »

Les commentaires sont clos.