SOIRÉE D’ADORATION DU VENDREDI 6 JUIN 2014

LE PAIN DE VIE

INTRODUCTION  – 19h45
Prière communautaire au début de chaque mois :
1) pour prier aux intentions de la paroisse – notamment l’unité
2) pour prier les uns pour les autres
3) pour nous convertir en nous laissant transformer intérieurement

Thème de ce mois :  Le  Pain de Vie
En  ce  mois  de  juin,  nous  honorons  plus  particulièrement  Jésus  dans  la  Sainte  Eucharistie  puisque  le  22 juin  sera  la  fête  du  Saint  Sacrement.
Lorsque  le  jour  de  l’Ascension, Jésus  a  quitté  cette  terre, Il  a  promis  qu’Il  serait  avec  nous  jusqu’à  la  fin  du  monde.  Quelle  trouvaille  merveilleuse  que  de  se  faire  nourriture  en  devenant  Pain  de  Vie. A  tout  instant  nous  pouvons  profiter  de  sa  Présence  Réelle.  Et  plus  encore, nous  pouvons  nous  unir  intimement  à  Lui  dans  un  mystère  dont  nous  ne  pourrons  jamais  ici-bas  mesurer  la  grandeur.

Deux prêtres pour ceux qui voudraient les rencontrer.

Prier suivant la méditation ou revenir au texte qui est sur vos feuilles.

Répétition des chants.

EXPOSITION DU SAINT SACREMENT

En même temps que le prêtre expose le Saint Sacrement, on chante : Que ces lieux soient visités

Que ces lieux soient visités par ta sainte présence.
Que ces lieux soient balayés par le vent de ton Esprit.
Lève-toi de ton saint lieu et descends au milieu de nous.
Pose sur nous des langues de feu, verse ton onction sur nous.

Que ces lieux soient visités par ta sainte présence.
Que toute ombre soit chassée par ta lumière, éclairée.
Dans ta main, tiens-nous cachés, garde-nous au creux du rocher.
Lorsque tu passeras parmi nous, que ta bonté soit proclamée.

Que ces lieux soient visités par ta sainte présence.
Que ces lieux soient les témoins de l’action de ton Esprit.
Dans ta gloire, viens maintenant. Unis-nous en cet instant.
Que ta vie jaillisse en abondance; nous allons voir ta puissance.

MISE EN PRÉSENCE DE DIEU – 20h10

Essayons de réaliser que c’est notre Dieu, notre Créateur, notre Sauveur, qui est présent au milieu de nous.
Silence

Mettons-nous en présence de Dieu  et reprenons tous ensemble la prière de Saint thomas d’Aquin  pour accueillir cette présence :

Ô vous qui m’aimez tant, Jésus, ici véritablement Dieu caché
Ecoutez-moi, je vous implore.
Que votre bon plaisir soit mon plaisir, ma passion, mon amour !
Donnez-moi de le chercher, de le trouver, de l’accomplir !
Montrez-moi vos chemins, indiquez-moi vos sentiers.
Vous avez vos desseins sur moi, dites-les moi bien
Et donnez-moi de les suivre jusqu’au définitif salut de mon âme.
Qu’indifférent à tout ce qui se passe, et ne voulant voir que vous,
J’aime tout ce qui est à vous, mais vous surtout, mon Dieu, vous !
Rendez-moi amère toute joie qui n’est pas vous,
Impossible tout désir hors de vous, délicieux tout travail fait pour vous,
Insupportable tout repos qui n’est pas en vous.
Qu’à toute heure, ô bon Jésus, mon âme prenne vers vous son vol,
Que ma vie ne soit qu’un acte d’amour.

Frères  et  sœurs,  comprenons  que  nous  réalisons  en  ce  moment  le  désir  le  plus  cher  de  Dieu : que nous  gardions  notre  regard  tourné  vers  Lui  et qu’ainsi nous  nous  unissions  toujours plus  à  Lui.  Goûtons  avec  Lui  ces  moments  uniques,  les  plus  féconds  de  notre  journée.

– Silence pendant 5 mn –

I)  L’INSTITUTION DE L’EUCHARISTIE , SACREMENT QUI NOUS LAVE DE NOS PECHES    (Mt 26, 26-29) – 20h15

Chant : Âme du Christ
Ame du Christ, sanctifie-moi    Ne permets pas que je sois séparé de Toi
Corps du Christ, sauve-moi    De l’ennemi , défends-moi
Sang du Christ, enivre-moi    A  ma mort, appelle-moi
Eau du côté du Christ, lave-moi    Ordonne-moi de venir à Toi
Passion du Christ, fortifie-moi    Pour qu’avec tes saints je Te loue
O bon Jésus, exauce-moi        Dans les siècles des siècles
Dans tes blessures, cache-moi    Ainsi soit-il.

Mt 26, 26-29
Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit et, le donnant aux disciples, il dit : « Prenez, mangez : ceci est mon corps. »
Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, en disant : « Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude en rémission des péchés. Je vous le dis : désormais je ne boirai plus de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, avec vous dans le royaume de mon Père. »

Lecteur
Par  la  Sainte  communion, si  nous  sommes  toujours  en  amitié  avec  Dieu, Jésus  nous  purifie  de  nos  péchés.  Il  détruit  en  nous  ce  qui  ne  vient  pas  de  Lui.  En  posant  son  regard  plein  de  tendresse  sur  nous, Il  voit  ce  qui  nous  fait  mal, ce  qui  nous  empêche  d’avancer  vers  Lui.  Alors  Il  s’empresse  de  nous  libérer  de  ces  germes  de  mort  et  Il  nous  rend  pur,  Lui  qui  est  la  Pureté  parfaite.

Au  moment  où  nous  recevons  la  Sainte  Eucharistie, nous  sommes  si  proche  du  Seigneur  qu’Il  divinise  petit  à  petit  notre  nature  humaine, faisant  de  nous  comme  un  reflet  de  Lui-même. Si nous communions fréquemment, nous  pourrons  alors  dire  comme  Saint  Paul :« Ce  n’est  plus  moi  qui  vis,  c’est  le  Christ  qui  vit  en  moi ».

Prions  le  Seigneur  pour  que  nous  prenions  conscience  de  la  grandeur  de  l’Eucharistie,  que  nous  nous  réjouissions  de  prendre  part  à  ce  mystère  et  que  nous  soyons  plein  de  reconnaissance  pour  ce   cadeau merveilleux.

Demandons  au  Seigneur  d’avoir  à  cœur  de  faire  connaître  et  aimer  la  Sainte  Eucharistie. Nos  frères  qui  ne  connaissent  pas  l’Amour  de  Dieu  se  privent  d’un  bien  immense.  Prions  le  Seigneur  pour  que  nous  devenions  auprès  d’eux  des  apôtres  de  l’  Eucharistie.

– Silence (10 mn) –

Chant :   Nous te rendons grâce
Nous te rendons grâce pour tant de tendresse,
Tu donnes l’eau vive par ton cœur transpercé,
Nous te bénissons pour tant de merveilles,
Tu donnes la vie, tu donnes l’Esprit.

Prière :
La grâce de Te rencontrer…   (Père Sébastien O. Praem)
Te rencontrer, Seigneur, ce n’est pas le résultat d’un raisonnement,
c’est l’éclair de Ta présence en moi,
Présence immédiate, Présence silencieuse, Présence bouleversante,
car elle enveloppe tout mon être.

Quand je me fais très silencieux,
je sens que je vis, je sens mon être en moi,
et à travers cette conscience de mon être,
je Te rencontre, Toi, mon Seigneur et mon Dieu.
Seigneur, je voudrais Te demander
la grâce de savoir prier.
De Te prier longuement, intensément.
Et c’est pourquoi, je me tiens ici devant Toi,
pour que Ton regard repose sur moi.

Je suis simplement là pour que Ton Esprit prie en moi.
Je veux me tenir en silence devant Toi et arriver à ne rien dire mais simplement à être devant Toi sous Ton regard.
Amen!

– Silence (5 mn) –

II)  –L’EUCHARISTIE CONSTRUIT NOTRE UNITE   (1 Cor  11, 17-19 et 23-27) – 20h40

Chant :  Devenez ce que vous recevez
Devenez ce que vous recevez,
Devenez le corps du Christ.
Devenez ce que vous recevez,
Vous êtes le corps du Christ.

1 – Baptisés en un seul Esprit,
nous ne formons tous qu’un seul corps ;
Abreuvés de l’unique Esprit,
nous n’avons qu’un seul Dieu et Père

2 – Rassasiés par le pain de vie,
nous n’avons qu’un cœur et qu’une âme ;
Fortifiés par l’amour du Christ,
nous pouvons aimer comme il aime.

3 – Purifiés par le sang du Christ,
et réconciliés avec Dieu ;
Sanctifiés par la vie du Christ,
nous goûtons la joie du royaume.

4 – Rassemblés à la même table
Nous formons un peuple nouveau ;
Bienheureux sont les invités
Au festin des Noces éternelles

1 Cor 11, 17-19 ;23-27
Puisque j’en suis à vous faire des recommandations, je ne vous félicite pas pour vos réunions : elles vous font plus de mal que de bien. Tout d’abord, quand votre Église se réunit, j’entends dire que, parmi vous, il existe des divisions, et je crois que c’est assez vrai, car il faut bien qu’il y ait parmi vous des groupes qui s’opposent, afin qu’on reconnaisse ceux d’entre vous qui ont une valeur éprouvée.
(…) J’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur, et je vous l’ai transmis : la nuit où il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » Après le repas, il fit de même avec la coupe, en disant : « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. » Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. Et celui qui aura mangé le pain ou bu la coupe du Seigneur d’une manière indigne devra répondre du corps et du sang du Seigneur.

Lecteur
Paul  nous  rappelle  que  nous  devons  nous  efforcer  de nous présenter dignement pour recevoir le Corps du Seigneur. Le  Seigneur  désire, lorsque nous nous approchons de Lui,  que  nous soyons réconciliés  avec  nos  frères. Il  nous  a  dit : « Si  tu  te    souviens  que ton  frère  a  quelque  chose  contre  toi, laisse  ton  offrande, là,  devant  l’autel, va  d’abord te  réconcilier  avec  ton  frère, et ensuite  viens  présenter  ton  offrande . »

En  recevant  le  corps  de  Jésus,  en  ce  court  instant,  nous  nous  identifions  à  l’Amour  et  de  ce  fait, si  nous  ouvrons  totalement  notre  cœur, nous  sommes  capables  d’aimer  comme  Dieu  aime. Nous  devenons  un  seul  corps  avec  Jésus  mais  aussi  un  seul  corps  avec  nos  frères.  Dieu  donne  son  amour  non  pour  que  nous  le  gardions  égoïstement  en  nous-mêmes  mais  pour  que  nous  le  portions  aux  autres. Si  nous  nous  unissons  souvent  à  Jésus,  nous  serons  entrainés  dans  un  amour toujours plus  profond  envers  nos  frères. Le  Seigneur  nous  communiquera  une  force de charité et de paix  qui  nous  fera  dire  « non »  lorsque  montera  en  nous  des  sentiments  de colère  ou  des  tentations  de  médisance.

Si  nous  ressentons  de  l’animosité, du  rejet  envers  quelqu’un,  regardons  cette  personne  comme  une  personne  bien-aimée  du  Seigneur, qui  un  jour  sera  sanctifiée  par  Lui.  Cette  personne,  qui  aujourd’hui  nous  agace  ou  nous  persécute,  sera  parée,  un  jour,  de  la  beauté  du  Seigneur. En  prenant  conscience  de  cela, notre  regard  sur  elle  sera  transformé  et  deviendra  bienveillant.

Seigneur, par ton amour, convertis nos cœurs afin que sur nos lèvres ne viennent  que des paroles bienveillantes et que nos actes ne produisent que des fruits de paix.

– Silence (10 mn) –

Chant : La sagesse a dressé une table
La sagesse a dressé une table,
elle invite les hommes au festin.
Venez au banquet du Fils de l’Homme,
mangez et buvez la Pâque de Dieu.

Prière :
Père, fais de nous des témoins de ta joie.
Notre Père, que ton Nom soit sanctifié par notre façon d’être et d’agir.
Que ton règne vienne par notre façon de vivre ensemble le partage des richesses qui nous différencient.
Que ta volonté soit faite par notre façon de nous pardonner, de nous accepter, de nous faire renaître continuellement et quotidiennement.
Pardonne-nous nos offenses, quand nous faisons des pas de réconciliation avec les nôtres, avec Toi, mon Dieu, avec nous-mêmes, et tout simplement avec la vie.
Rends-nous forts ensemble pour témoigner de Toi dans notre société de consommation, qui peut parfois nous endormir.
Et enfin, délivre-nous de nos peurs, de nos inquiétudes, de nos lassitudes.
Fais communautairement de nous des témoins de ta joie dans notre milieu de vie et de travail et apprends-nous, Seigneur, que nous pouvons être solidaires, même sur le douloureux chemin de nos différences. Amen.

– Silence (5mn) –

III)  PAR L’EUCHARISTIE DIEU VIENT HABITER EN NOUS (Jn 6, 53-56)  – 21h 05

Chant : Prenez et mangez
Prenez et mangez, ceci est mon corps,
Prenez et buvez, voici mon sang !
Ouvrez vos cœurs !
Vous ne serez plus jamais seuls :
Je vous donne ma vie.

1- Demeurez en moi, comme je demeure en vous,
Qui demeure en mon amour, celui-là portera du fruit.
Comme Dieu, mon Père, ainsi je vous ai aimés.
Gardez mes paroles, vous recevrez ma joie !

2- Je vous ai choisis pour que vous portiez du fruit.
Gardez mon commandement et vous demeurerez en moi.
Comme je vous aime, aimez-vous d’un seul Esprit.
Je vous donne ma vie : vous êtes mes amis !

3- Je vous enverrai l’Esprit Saint, le Paraclet.
Il vous conduira au Père et fera de vous des témoins.
Cherchez, vous trouverez, demandez, vous obtiendrez,
Afin que le Père soit glorifié en vous !

Jn 6,53-56
Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui.

Lecteur
Devenir  la  demeure  du  Seigneur :  peut-on  imaginer  quelque  chose  de  plus  grand ?  Jésus, dans  son  immense  amour  pour  nous,  nous  en  fait  la  promesse.  A l’instant   où  nous  le  recevons,  Jésus ,  si  nous  le  Lui  permettons,  s’introduit  dans  toutes  les  parties  de  notre  être  et  en  prend  possession  pour  en  devenir  le  maître.  S’Il  trouve  en  nous  les  dispositions  qu’Il  recherche,  Il  pénètre  alors  dans  notre  intimité  la  plus  profonde  et  s’y  maintient  avec  grande  joie.  Quelles  sont  ces  dispositions    qu’Il  recherche ?

Que  nous  soyons  capables  de  nous  reconnaître  petits  devant  sa  grandeur  et  sa  sainteté. Ce  n’est  qu’en  se  faisant  petit  que  l’on  peut  entrer  un  peu  dans  ce  grand  mystère  qu’est  l’Eucharistie.  Jésus   a  ainsi  loué  son  Père : « ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. ».

Il  nous  faut  aussi  nous  reconnaître  pécheurs  et  implorer  le  pardon  de  Dieu. Dieu  ne  peut  cohabiter  avec  le  péché : si  nous  voulons  que  le  Seigneur  prenne  toute  sa  place  en  nous  et  qu’Il  y  demeure, nous  devons  renoncer  à  tout  ce  qui  Lui  déplait.

Et  enfin, il  nous  faut  ressentir  un  désir  brûlant,  une  grande  faim  de  le  recevoir. Jésus  aime  ceux  qui  courent  vers  Lui. Notre  empressement  à  nous  unir  à  Lui,  lui  fait  plaisir. Pour  cela  il  nous  faut  faire  de  ce  rendez-vous  d’amour  une  fête  dont  on  se  réjouit  à  l’avance  et  que  l’on  savoure  encore,  une  fois  qu’elle  a  eu  lieu.   Prions  le  Seigneur  d’augmenter  en  nous  ce  désir  afin  que Jésus  déverse  en  nous  sa  Vie  en  abondance  et  que  nous  soyons  habités  par  la  grâce  de  Dieu.

– Silence (10 mn) –

Chant :  Qui mange ma chair et bois mon corps
Qui  mange  ma  chair  et  bois  mon  sang  demeure  en  moi  et  moi  en  lui.

Prière :  (Colette Soucy)
Dieu-Eucharistie
Seigneur, Dieu-Eucharistie, en Église,
nous te rendons grâces de nous avoir donné
ta Parole et ton Pain.
Fais qu’au sein de ta famille déchirée
par tant de détresses, de conflits
et de guerres,
nous sachions créer des oasis de paix où,
dans l’amour et la justice,
dans le dialogue et le partage,
il fera bon vivre dans la douceur et la joie.
Nourris de ta Parole et de ton Pain,
puisse l’Eucharistie demeurer
à jamais notre lieu de communion
et nous aider à incarner l’espérance
qui nous habite (…)
Seigneur, Dieu-Parole-et-Pain,
donne à chacun d’entre nous
un cœur eucharistique,
un cœur qui chante tes Béatitudes
et un cœur de missionnaire.
Ainsi, avec toi, jusqu’aux extrémités de la Terre,
et dans l’intégrité de la Création,
nous passerons notre vie entière
à proclamer ta beauté et tes merveilles. Amen.

– Silence (5 mn) –

IV) VIVONS L’EUCHARISTIE COMME MARIE LA FEMME EUCHARISTIQUE
(Jn 19, 25-30) –  21h 30

Chant :  Chercher avec toi dans nos vies
Chercher avec toi dans nos vies
Les pas de Dieu, Vierge Marie,
Par toi accueillir aujourd’hui
Le don de Dieu, Vierge Marie.

1. Puisque tu chantes avec nous :
Magnificat, Vierge Marie,
Permets la Pâque sur nos pas.
Nous ferons tout ce qu’il dira.

2. Puisque tu souffres avec nous
Gethsémani, Vierge Marie,
Soutiens nos croix de l’aujourd’hui
Entre tes mains, voici ma vie.

3. Puisque tu demeures avec nous
Pour l’Angélus, Vierge Marie,
Guide nos pas dans l’inconnu,
Car tu es celle qui a cru.

Jn 19, 25-30
Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. Après cela, sachant que tout, désormais, était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. » Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit.

Lecteur
Marie, dès  qu’elle  a  mis  son  enfant  au  monde,  a  connu  la  souffrance. Le  vieillard  Siméon  lui  avait  appris : « ton âme sera traversée d’un glaive ». Pourtant pas  un  seul  instant  elle  n’a  regretté  son  Fiat  donné  à  l’ange  Gabriel.  Elle  s’est  donnée  à  Dieu  et  son  offrande  est  totale. Lorsque  devant  le  corps  du  Christ  nous  répondons « amen », nous  n’affirmons  pas  seulement  notre  foi  en  la  présence  réelle  du  Seigneur  dans  ce  morceau  de  pain. Nous  exprimons  également  notre  engagement  à  suivre  le  Christ  quoi  qu’il  nous  en  coûte. Jésus  se  donne  à  nous  complètement, Il  attend  de  nous  que  nous  nous  donnions  de  même,  que  nous  lui  offrions  nos  vies  afin  que  par  nous  Sa  volonté  s’accomplisse dans le monde.  Dans  la  Sainte  Eucharistie, Jésus  nous  comble  de  ses  bienfaits  afin  que  nous  puissions  le  servir  et  que  par  nous  Il  puisse  toucher  nos  frères  blessés  ou  perdus.

Apprends-nous  Seigneur  à  unir  nos  souffrances, nos  difficultés, notre vie  à  la  tienne comme  Marie  qui  s’est  tenue  debout  au  pied  de  la  croix.

– Silence (10 mn) –

Chant : Ô ma joie et mon espérance,
le Seigneur est mon chant.
C’est de lui que vient le pardon,
en lui j’espère, je n’ai pas peur,
en lui j’espère, je n’ai pas peur.

Prière (Michel Hubaut)
Je te salue Marie, mère de tous nos désirs d’être heureux. Tu es la terre qui dit oui à la vie. Tu es l’humanité qui consent à Dieu. Tu es le fruit des promesses du passé
et l’avenir de notre présent. Tu es la foi qui accueille l’imprévisible, tu es la foi qui accueille l’invisible.
Je te salue Marie, mère de toutes nos recherches de ce Dieu imprévu. Du Temple où tu le perds, au Calvaire où il est pendu, sa route te semble folle. Tu es chacun de nous qui cherche Jésus, sans bien comprendre sa vie et ses paroles. Tu es la mère des obscurités de la foi, toi qui conserves tous les événements dans ton coeur, toi qui creuses et médites tous nos « pourquoi? »
et qui fais confiance en l’avenir de Dieu, ton Seigneur.
Je te salue Marie, mère de toutes nos souffrances. Tu es la femme debout au pied de l’homme crucifié, tu es la mère de tous ceux qui pleurent, l’innocence massacrée et le prisonnier torturé.
Je te salue Marie, mère de toutes nos pentecôtes. Tu es, avec les apôtres, l’Église qui prie et accueille les dons de l’Esprit. Je te salue Marie, mère de toutes nos espérances. Tu es l’étoile radieuse d’un peuple en marche vers Dieu. Tu es l’annonce de l’humanité transfigurée, tu es la réussite de la création que Dieu a faite pour son éternité. Amen.
DÉPOSITION DU SAINT SACREMENT – 21h55

Chant : Tantum Ergo / Encensement
Tantum ergo sacramentum        Ce sacrement est admirable!
Veneremur cernui,        Vénérons-le humblement,
Et antiquum documentum        Et qu’au précepte d’autrefois
Novo cedat ritui :        Succède un rite nouveau!
Praestet fides supplementum    Que la foi vienne suppléer
Sensuum defectui.        A nos sens et à leurs limites !

Genitori Genitoque        Au Père, au Fils, notre louange,
Laus et jubilatio        L’allégresse de nos chants :
Salus, honor, virtus quoque    Salut, et puissance, et honneur
Sit et benedictio :        Et toute bénédiction!
Procedenti ab utroque        A l’Esprit du Père et du Fils,
Compar sit laudatio.        Égale acclamation de gloire!

Oraison :
Seigneur Jésus Christ, dans cet admirable sacrement,
Tu nous a laissé le mémorial de ta passion ;
Donnes-nous de vénérer d’un si grand amour
le mystère de ton corps et de ton sang,
que nous puissions recueillir sans cesse
le fruit de ta rédemption.  Toi qui…

Bénédiction

Chants  de  louange :

I)  Je veux n’être qu’à toi
Reçois de moi le parfum qui t’est dû,        Je ne veux rien que vouloir te louer,
La beauté de ton Nom en mon âme éperdue.    Adorer ton saint Nom et ta fidélité.
Je veux n’être qu’à toi                Je veux n’être qu’à toi
Jésus, je t’aime.                Jésus, je t’aime.

Reçois du peu que je trouve à donner            Je veux porter et laver à ta croix
Tout l’amour que mes yeux n’ont pas su te montrer.    Les pensées de mon cœur dans le cœur de tes voies.
Je veux n’être qu’à toi                 Je veux n’être qu’à toi
Jésus, je t’aime.                     Jésus, je t’aime.
Rien n’est plus beau que ton Nom.             Rien n’est plus beau que ton Nom.
Rien n’est plus Saint que le Sang du pardon.         Rien n’est plus Saint que le Sang du pardon.
Je veux n’être qu’à toi, Jésus mon Roi.         Je veux n’être qu’à toi, Jésus mon Roi.

II) Que ma bouche chante ta louange

1. De toi, Seigneur, nous attendons la vie, Que ma bouche chante ta louange.
Tu es pour nous un rempart, un appui, Que ma bouche chante ta louange.
La joie du cœur vient de toi ô Seigneur, Que ma bouche chante ta louange.
Notre confiance est dans ton nom très saint ! Que ma bouche chante ta louange.

Refrain : Sois loué Seigneur, pour ta grandeur, Sois loué pour tous tes bienfaits.
Gloire à toi Seigneur, tu es vainqueur, Ton amour inonde nos cœurs.
Que ma bouche chante ta louange.

2. Seigneur, tu as éclairé notre nuit, Que ma bouche chante ta louange.
Tu es lumière et clarté sur nos pas, Que ma bouche chante ta louange.
Tu affermis nos mains pour le combat, Que ma bouche chante ta louange.
Seigneur tu nous fortifies dans la foi ! Que ma bouche chante ta louange.

3. Des ennemis, toi tu m´as délivré, Que ma bouche chante ta louange.
De l´agresseur, tu m´as fait triompher, Que ma bouche chante ta louange.
Je te rends grâce au milieu des nations, Que ma bouche chante ta louange.
Seigneur, en tout temps, je fête ton Nom ! Que ma bouche chante ta louange.

Les commentaires sont clos.