DIMANCHE 16 OCTOBRE 2016 29ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

En tant que prêtre, j’ai la joie de vous dire aujourd’hui que je suis heureux de vivre avec vous. Accueilli dans la communauté de Sainte-Marthe par des frères prêtres plus jeunes, je suis heureux de vivre cette étape de ma vie. N’ayant plus de responsabilité directe, je me sens cependant entièrement prêtre au service de tous.  J’ai davantage de temps pour prier, pour écouter les soucis de chacun et pour apporter une aide quand elle m’est demandée. Aujourd’hui je vous livre ce témoignage du Père Congar et qui exprime totalement ce que je vis : « Prêtre, je croyais l’être, je n’étais qu’en train de le devenir. On le devient sans cesse, tu comprends, ce n’est jamais fini. Ne regarde surtout pas en arrière : le plus beau est toujours devant ! Pour moi, le Christ me saisit aujourd’hui, beaucoup plus que dans ma jeunesse… J’ai encore tant de visages à éclairer, tant de souffrances à partager, tant d’amitiés à faire naître. Il me reste tant d’amour à transmettre. Pourquoi parlerai-je au passé ? J’ai beau être à la retraite, je ne serai jamais un prêtre retraité, un prêtre habitué qui se répète, un prêtre amer, désabusé, qui a besoin de souvenirs pour vivre. »
Merci de votre accueil ! Excusez mes limites !
Père Pierre TRUDEAU

Lecture du livre de l’Exode (Ex 17, 8-13)
En ces jours-là, le peuple d’Israël marchait à travers le désert. Les Amalécites survinrent et attaquèrent Israël à Rephidim. Moïse dit alors à Josué :« Choisis des hommes, et va combattre les Amalécites. Moi, demain, je me tiendrai sur le sommet de la colline, le bâton de Dieu à la main. » Josué fit ce que Moïse avait dit : il mena le combat contre les Amalécites. Moïse, Aaron et Hour étaient montés au sommet de la colline. Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort. Quand il la laissait retomber, Amalec était le plus fort. Mais les mains de Moïse s’alourdissaient ; on prit une pierre, on la plaça derrière lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hour lui soutenaient les mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre. Ainsi les mains de Moïse restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. Et Josué triompha des Amalécites au fil de l’épée.

Psaume (120)
R/Le secours me viendra du Seigneur
qui a fait le ciel et la terre.

Je lève les yeux vers les montagnes :
d’où le secours me viendra-t-il ?
Le secours me viendra du Seigneur
qui a fait le ciel et la terre.

Qu’il empêche ton pied de glisser,
qu’il ne dorme pas, ton gardien.
Non, il ne dort pas, ne sommeille pas,
le gardien d’Israël.

Le Seigneur, ton gardien, le Seigneur, ton ombrage,
se tient près de toi.
Le soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper,
ni la lune, durant la nuit.

Le Seigneur te gardera de tout mal,
il gardera ta vie.
Le Seigneur te gardera, au départ et au retour,
maintenant, à jamais.

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre à Timothée (2 Tm 3, 14 – 4, 2)
Bien-aimé, demeure ferme dans ce que tu as appris :de cela tu as acquis la certitude, sachant bien de qui tu l’as appris. Depuis ton plus jeune âge, tu connais les Saintes Écritures : elles ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, en vue du salut par la foi que nous avons en Jésus Christ. Toute l’Écriture est inspirée par Dieu ; elle est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice ; grâce à elle, l’homme de Dieu sera accompli, équipé pour faire toute sorte de bien. Devant Dieu, et devant le Christ Jésus qui va juger les vivants et les morts, je t’en conjure, au nom de sa Manifestation et de son Règne : proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, toujours avec patience et souci d’instruire.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 18, 1-8)
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager :  « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : ‘Rends-moi justice contre mon adversaire.’ Longtemps il refusa ; puis il se dit : ‘Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.’ » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

Les commentaires sont clos.