DIMANCHE 3 SEPTEMBRE 2017 22ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

Seigneur, tu m’as séduit !
Quelle belle parole pour bien commencer la rentrée ! Même si celle-ci est souvent synonyme de tracasseries, d’agitations, et peut-être même d’angoisses, la rentrée se veut être aussi le temps où l’on peut reprendre les choses, les améliorer, remettre au Seigneur toutes nos activités et nos tribulations avec plus de discernement. Heureusement, le Seigneur nous séduit (1ère lecture), c’est-à-dire, littéralement, Il nous conduit jusques à Lui. Sa Parole nous brûle d’un feu dévorant et éclaire nos chemins : elle creuse en nous le désir de Dieu, « du Dieu vivant » (Ps 62).
Cependant, nous en faisons l’expérience, les occasions de chute sur nos chemins sont multiples. Nous avons parfois bien des raisons de nous révolter : injustices, souffrances morales, santé fragile, incompréhensions…Comme Pierre, nous tombons nous aussi dans le panneau que nous tend le démon, surtout lorsqu’il s’agit de souffrances. Car, avouons-le, il nous est bien souvent incompréhensible de souffrir. Pierre s’indigne que « le Messie, le Fils du Dieu vivant » puisse souffrir, être tué. « Et ressusciter », il ne l’entend même pas ! Il lui souhaitait certainement autre chose mais surtout PAS ÇA ! La réponse de Jésus est sans appel : « Passe derrière moi, Satan, tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes » ! Oh, comme il nous est bien difficile de reconnaître à la souffrance une valeur rédemptrice !
Si le Seigneur nous séduit, c’est pour mieux nous attirer à Lui, malgré, ou plutôt à travers nos souffrances. Il nous faut donc quitter nos jugements humains, souvent trop étriqués, qui nous empêchent d’avancer sur ce chemin de sainteté. Prenons de la hauteur avec la Parole de Dieu et sachons discerner « ce qui est bon, ce qui capable de lui plaire, ce qui est parfait » (2ème lecture). Ne nous laissons pas submerger par « les flots en furie » de notre temps ou de notre vie. Prions, soyons dans l’espérance car il va venir « le Fils de l’homme avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite ».
Père Thomas de Boisgelin

Lecture du livre du prophète Jérémie(Jr 20, 7-9) Seigneur, tu m’as séduit, et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi. À longueur de journée je suis exposé à la raillerie, tout le monde se moque de moi. Chaque fois que j’ai à dire la parole, je dois crier, je dois proclamer :
« Violence et dévastation ! » À longueur de journée, la parole du Seigneur attire sur moi l’insulte et la moquerie. Je me disais : « Je ne penserai plus à lui, je ne parlerai plus en son nom. » Mais elle était comme un feu brûlant dans mon cœur, elle était enfermée dans mes os. Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir.
PSAUME (Ps 62)
R/ Mon âme a soif de toi,
Seigneur, mon Dieu ! 
Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube :
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.
Je t’ai contemplé au sanctuaire,
j’ai vu ta force et ta gloire.
Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres !
Toute ma vie je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom.
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.
Oui, tu es venu à mon secours :
je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
Mon âme s’attache à toi,
ta main droite me soutient.
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains(Rm12, 1-2) Je vous exhorte, frères, par la tendresse de Dieu, à lui présenter votre corps – votre personne tout entière -, en sacrifice vivant, saint, capable de plaire à Dieu : c’est là, pour vous, la juste manière de lui rendre un culte. Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour discerner quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait.
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu(Mt 16, 21-27) En ce temps-là, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. » Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera. Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ? Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite. »

 

Les commentaires sont clos.