DIMANCHE 08 AVRIL 2018 2ème DIMANCHE DE PAQUES

Mercredi dernier, la centaine d’africains expulsés du squat de la rue colonel Fabien ont manifesté devant la mairie d’Aubervilliers. Certains auraient voulu occuper l’église et y dormir. Nous leur avons dit que cela n’était pas possible mais que nous pouvions essayer de les aider autrement, par quelques aides matérielles, et en alertant nos réseaux et les media. Nous avons fait face à cette situation main dans la main avec le Foyer Protestant (par le biais de son Pasteur Georges et de son président Edgar venus nous rejoindre sur la place le mercredi soir). Jeudi midi, la police a évacué sans heurts le campement. Le groupe s’est dirigé dans les locaux du collectif de la rue Schaeffer. Je peux témoigner que, même si nous n’avions pas de solution de logements et que nous leur avons fermé la porte de l’église, ce groupe d’hommes a été très touché et reconnaissant du temps pris avec eux et de notre soutien moral. Un lien amical s’est tissé.
Le pape François nous alerte sur la question des migrants depuis le début de son pontificat. Evitons d’abord les jugements rapides et les regards négatifs sur les migrants. C’est une question complexe : « Il faut faire la différence entre réfugiés et immigrés » dit le pape. « Je crois qu’en théorie on ne peut pas fermer son cœur à un réfugié. Mais il y a aussi la prudence des gouvernants, Ils doivent être très ouverts à les recevoir, mais ils doivent aussi faire le calcul de comment les placer, car on ne doit pas seulement recevoir un réfugié, il faut aussi l’intégrer. […]Si le réfugié n’est pas intégré, permettez-moi ce néologisme, il se ghettoïse […] Et une culture qui ne se développe pas en relation avec une autre culture, c’est très dangereux. Je pense que le plus mauvais conseiller pour les pays qui tendent à fermer leurs frontières, c’est la peur. Et le meilleur conseiller, c’est la prudence ».Il faut aussi « aider les pays d’où partent les migrants et réfugiés ».
Tout ceci étant dit, la France accueille très peu de migrants comparé à ces voisins européens. Et si le 115 est débordé, c’est que la politique actuelle préfère dépenser des sommes colossales en payant des chambres d’hôtel plutôt que de construire des logements pour accueillir durablement les migrants… Que voulons-nous ?
Tanneguy VIELLARD

Lecture du livre des Actes des Apôtres(Ac 4, 32-35)
La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun. C’est avec une grande puissance que les Apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous. Aucun d’entre eux n’était dans l’indigence, car tous ceux qui étaient propriétaires de domaines ou de maisons les vendaient, et ils apportaient le montant de la vente pour le déposer aux pieds des Apôtres ; puis on le distribuait en fonction des besoins de chacun.

PSAUME (117)
R/ Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! Éternel est son amour!
Oui, que le dise Israël : Éternel est son amour !
Que le dise la maison d’Aaron :
Éternel est son amour !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !
Le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort !
Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur.
Il m’a frappé, le Seigneur, il m’a frappé,
mais sans me livrer à la mort.
La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.
Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !

Lecture de la première lettre de saint Jean(1 Jn 5, 1-6)
Bien-aimés, celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui. Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements. Car tel est l’amour de Dieu : garder ses commandements ; et ses commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi. Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? C’est lui, Jésus Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean(Jn 20, 19-31)
C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Les commentaires sont clos.