DIMANCHE 09 SEPTEMBRE 2018 23ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE

Avez-vous lu la lettre du pape François aux catholiques du monde entier ?
Les récentes révélations de terribles abus sexuels dans l’Eglise américaine, après ceux d’autres pays, a conduit le pape à écrire une lettre au 1,3 milliard de catholiques de la planète (y compris ceux d’Aubervilliers !). Cette lettre est adressée à chacun de nous : il faut la lire ! Vous pouvez la trouver facilement sur internet en cherchant « lettre du pape François au peuple de Dieu ». Elle est brève. Elle invite à la prière et au jeûne. Elle invite à dire non au cléricalisme qui affecte le bon fonctionnement de l’Eglise. le cléricalisme est selon le pape « une manière déviante de concevoir l’autorité dans l’Eglise ». Le cléricalisme est « favorisé par les prêtres eux-mêmes ou par les laïcs ». Que chacun lise la lettre du pape en entier. Il me semble que la majorité des paroissiens d’Aubervilliers et de Pantin ne l’a pas encore lue. Si c’est votre cas, prenez le temps de le faire. C’est le premier pas dont nous avons besoin, pour que la conversion de l’Eglise ne soit pas l’affaire d’une minorité, mais bien « la participation active de toutes les composantes du peuple de Dieu » comme dit le pape François.
Tanneguy VIELLARD

Lecture du livre du prophète Isaïe(Is 35, 4-7a)
Dites aux gens qui s’affolent : « Soyez forts, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. » Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s’ouvriront les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie ;  car l’eau jaillira dans le désert, des torrents dans le pays aride. La terre brûlante se changera en lac, la région de la soif, en eaux jaillissantes.

PSAUME(Ps 145)
R/ Je veux louer le Seigneur, tant que je vis.

Le Seigneur garde à jamais sa fidélité,
il fait justice aux opprimés ;
aux affamés, il donne le pain ;
le Seigneur délie les enchaînés.

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés,
le Seigneur aime les justes,
le Seigneur protège l’étranger.

Il soutient la veuve et l’orphelin,
il égare les pas du méchant.
D’âge en âge, le Seigneur régnera :
ton Dieu, ô Sion, pour toujours !

Lecture de la lettre de saint Jacques (Jc 2, 1-5)
Mes frères,  dans votre foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire,  n’ayez aucune partialité envers les personnes.  Imaginons que, dans votre assemblée, arrivent en même temps un homme au vêtement rutilant, portant une bague en or,  et un pauvre au vêtement sale.  Vous tournez vos regards vers celui qui porte le vêtement rutilant  et vous lui dites :  « Assieds-toi ici, en bonne place » ;  et vous dites au pauvre :  « Toi, reste là debout », ou bien :  « Assieds-toi au bas de mon marchepied. »  Cela, n’est-ce pas faire des différences entre vous,  et juger selon de faux critères ?  Écoutez donc, mes frères bien-aimés !  Dieu, lui, n’a-t-il pas choisi  ceux qui sont pauvres aux yeux du monde  pour en faire des riches dans la foi, et des héritiers du Royaume  promis par lui à ceux qui l’auront aimé ?

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 7, 31-37)
En ce temps-là, Jésus quitta le territoire de Tyr ; 
passant par Sidon, il prit la direction de la mer de Galilée  et alla en plein territoire de la Décapole.  Des gens lui amènent un sourd qui avait aussi de la difficulté à parler,  et supplient Jésus de poser la main sur lui.  Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule,  lui mit les doigts dans les oreilles,  et, avec sa salive, lui toucha la langue. Puis, les yeux levés au ciel,  il soupira et lui dit :  «Effata ! », c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! »  Ses oreilles s’ouvrirent ;  sa langue se délia,  et il parlait correctement. Alors Jésus leur ordonna  de n’en rien dire à personne ;  mais plus il leur donnait cet ordre,  plus ceux-ci le proclamaient.  Extrêmement frappés, ils disaient :  «Il a bien fait toutes choses :  il fait entendre les sourds et parler les muets. »

EFFATAH !

Les commentaires sont clos.