Pèlerinage de Notre-Dame des Vertus

Pèlerinage de Notre-Dame des Vertus
Dimanche 5 mai 2019
A l’école de Marie…

Merci beaucoup. Amicalement dans le Christ
P. Benoît

PÈLERINAGE DIOCÉSAIN DE NOTRE-DAME DES VERTUS
Dimanche 5 mai 2019
Je suis la servante du Seigneur.
A l’exemple de Marie, soyons des serviteurs humbles et passionnés…

INTRODUCTION
Le pape François, à l’occasion des dernières Journées Mondiales de la Jeunesse au Panama, invitait les pèlerins à s’interroger sur la place de Marie dans leur vie de foi. Reconnaissons que tous les catholiques n’ont pas la même vénération pour la mère de Jésus…

Mais là n'est pas la question soulevée par cette journée de pèlerinage. Quelque soit notre mariologie, nous sommes conscients de la place unique de Marie dans la vie de Jésus telle qu'elle nous est rapportée dans les Écritures, interprétées à la lumière de notre belle Tradition catholique.

Alors, scrutons l'Écriture et voyons comment Marie est un formidable modèle pour chacun de nous, notamment dans notre réponse à l'appel de Dieu à être des serviteurs.

1) « Je suis la servante du Seigneur » (Lc 1, 26-38)
Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Marie vit dans une petite ville de Galilée. Elle a été choisie par Dieu pour être la mère du Sauveur du monde. Cela lui vaut d'être appelée, dans la tradition de notre Église catholique, « corédemptrice », « Mère de Dieu », ... Tout au long de sa vie, elle sera entièrement donnée au service de Dieu et à l'œuvre de son Fils pour le salut des hommes.

Lors de cet épisode de l'Annonciation, Marie, quoique encore très jeune, a déjà conscience que sa vie n'a de sens que si elle est donnée. Elle se présente donc elle-même comme la servante du Seigneur. Elle utilisera encore ce terme, un peu plus loin, au moment de la Visitation (Lc 1, 48). Son éducation explique certainement cette claire conscience d'une vie trouvant sa consistance dans le don de soi, il n'empêche que c'est elle qui fait le choix d'embrasser cette vocation : elle sera la servante du Seigneur !

Dans cette rencontre avec l'ange Gabriel, Marie dévoile déjà une grande humilité marchant de concert avec une immense confiance en Dieu. Elle ne sait pas encore jusqu'où l'entrainera cette vocation d'être servante du Seigneur, elle ne sait pas si elle aura les épaules suffisamment solides pour vivre cet appel jusqu'au bout, mais elle s'abandonne : « qu'il m'advienne selon ta parole ».

Demandons à Dieu par Marie de na pas avoir peur de notre vocation à nous donner que ce soit dans la famille, dans la vie consacrée, dans nos paroisses, dans telle ou telle association,... Le don de soi est le chemin le plus direct pour imiter le Christ et être un véritable disciple missionnaire. Il est l'ADN du chrétien. Que nous soyons tous des serviteurs, à la suite du Christ, à son exemple et à celui de Marie.

2) Marie, servante du projet de Dieu ( Lc 1, 39- 45)
En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

Marie vient d'accueillir l'annonce de l'ange Gabriel. Dieu a un plan pour elle. Il va lui donner un fils, par l'action de l'Esprit Saint, et cet enfant est promis à un avenir inouï : « c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu » (Lc 1, 32). Marie va accoucher du Sauveur du monde... Et la première marche de cette participation au plan de salut de Dieu sera justement de se rendre chez sa cousine Élisabeth et de vérifier le signe qui lui a été annoncé par l'ange : sa cousine, âgée et stérile, va elle aussi enfanter.

Le service de Marie est donc d'abord de participer au grand projet de Dieu qui est que tous les hommes soient sauvés. Nous sommes tous appelés à être des serviteurs : certains le seront dans l'humanitaire, d'autres dans la prière, d'autres encore dans la politique,... Peu importe, il y a du travail pour tout le monde. L'important est de vérifier que, nous aussi, comme Marie, nous sommes, comme serviteur, au service du grand projet de Dieu de sauver tous les hommes.

Demandons à Dieu par Marie un véritable esprit de discernement pour que nous choisissions de mettre nos talents et notre énergie au service du projet de Dieu, quelque soit le lieu où nous nous donnons.

3/ Marie et le service concret des hommes (Jn 2, 1-11)
Le troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Jésus est invité à un mariage avec ses disciples et sa maman. Marie est particulièrement attentive au déroulé de ces noces et elle se rend compte, la première, qu'il va manquer du vin. Elle se tourne alors vers son fils et celui-ci va réaliser le premier signe de son ministère publique en changeant de l'eau en vin.

Ce texte nous dit, entre autre chose, combien il est important de servir le projet de Dieu en se mettant au service des hommes et des femmes, même dans leurs besoins les plus primaires. Servir Dieu, c'est aussi servir les hommes de notre temps. Quand nous rendons service à un voisin, cette action est en même temps un geste d'attention pour cette personne et un geste d'amour pour Dieu. 

Dans ce service à Cana, nous pouvons prendre une leçon sur la manière dont Marie est attentive et  disponible pour ses hôtes.

Demandons à Dieu par Marie de savoir nous mettre au service de nos frères sans se laisser « manger » par nos préoccupations et nos petites affaires. Que nous sachions répondre à leurs besoins, non pas d'abord comme nous les pensons mais comme ils nous les expriment. Que nous fassions nôtre cette magnifique interpellation de Jésus : « que veux-tu que je fasse pour toi » ?

4) Marie et le service par la prière (Ac 1, 12-14)
Alors, ils retournèrent à Jérusalem depuis le lieu-dit « mont des Oliviers » qui en est proche, – la distance de marche ne dépasse pas ce qui est permis le jour du sabbat. À leur arrivée, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement ; c’était Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques. Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères.

La première communauté chrétienne, l'Église de Jérusalem, vit depuis peu avec l'absence de son leader. Jésus est mort, ressuscité et Il est retourné auprès de son Père. Ils attendent le don de l'Esprit qui les enverra en mission, au service de l'humanité à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. 

Avant de sortir et de témoigner des merveilles de Dieu, les disciples avec des femmes, parmi lesquelles Marie, restent au Cénacle et vivent le service dans la prière. 

La prière renforce notre relation à Dieu, elle est aussi un magnifique levier pour vivre le don de soi. Dans la spiritualité qui porte les religieuses de mère Teresa de Calcutta, il y a cette conviction profonde que la prière est au service de l'action. D'abord parce que la prière permet de puiser des forces en Dieu pour porter davantage de fruit dans l'action ; aussi parce que la prière nous rappelle que nous sommes au service du projet de Dieu, donnant un sens aux actions que nous posons ; et enfin parce que la prière d'intercession est en elle-même une action au service des frères. Combien de malades vivent du don de soi à travers leur prière aux intentions du monde.

Demandons à Dieu par Marie d'être des serviteurs, participant au salut du monde par la prière et laissant les grâces de Dieu féconder nos activités de service. Qu'Il nous aide à ne jamais opposer prière et action, et à voir au contraire comment ils se nourrissent l'un l'autre.

5) Marie, servante du Seigneur au péril de sa vie (Jg 4, 17-22 ; 5, 1.24)
Or Sissera s’était enfui à pied vers la tente de Yaël, femme de Hèber le Qénite, car la paix régnait entre Yabine, roi de Haçor, et la maison de Hèber le Qénite. Yaël sortit au-devant de Sissera et lui dit : « Arrête-toi, mon seigneur, arrête-toi chez moi ; ne crains rien. » Il s’arrêta chez elle, dans sa tente, et elle le recouvrit d’une couverture. Il lui dit : « Peux-tu me donner à boire un peu d’eau, car j’ai soif. » Elle ouvrit l’outre de lait, le fit boire et le recouvrit. Il lui dit : « Tiens-toi à l’entrée de la tente, et si quelqu’un vient, t’interroge et demande : “Y a-t-il quelqu’un ici ?”, tu répondras : “Non.” » Mais Yaël, femme de Hèber, prit un piquet de la tente, saisit un marteau dans sa main, vint près de lui doucement, et lui enfonça dans la tempe le piquet, qui alla se planter dans la terre. Sissera qui, épuisé, était profondément endormi, mourut. Or, voici que Baraq poursuivait Sissera ! Yaël sortit à sa rencontre et lui dit : « Viens, et je te ferai voir l’homme que tu cherches. » Il entra chez elle, et voilà que Sissera gisait, mort, le piquet dans la tempe ! Ce jour-là, Débora et Baraq, fils d’Abinoam, dirent et chantèrent : « Bénie soit parmi les femmes Yaël, la femme de Hèber, le Qénite ; parmi les femmes qui vivent sous la tente, bénie soit-elle ! »

Il y a beaucoup de belles figures féminines dans ce que nous appelons l'Ancien Testament. Elles annoncent, chacune à leur manière, l'avènement de la Vierge Marie. Yaëlle, elle aussi, préfigure la mère de Jésus.

Yaëlle ne craint pas de prendre des risques importants pour permettre le salut du peuple d'Israël. Elle fait partie des femmes fortes de la Bible et elle est célébrée comme le sera Marie par sa cousine Elisabeth : « Tu es bénie entre toutes les femmes » (Lc 1, 42). Cela signifie que Marie s'inscrit dans la lignée de ces femmes fortes qui n'hésitent pas à risquer leur vie pour participer au salut du peuple de Dieu. Marie est donc très loin de l'image que nous nous faisons parfois : une jeune femme sans expérience et un peu naïve.
Être serviteur, c'est accepter de prendre des risques. Comme le disait sainte Teresa de Calcutta, il s'agit de vivre le don de soi « jusqu'à ce que cela fasse mal ».

Demandons à Dieu par Marie d'être des serviteurs quoiqu'il nous en coûte. Qu'Il nous donne courage et force pour que nous acceptions de prendre des risques pour participer, à notre mesure, au salut de l'humanité.

6) Marie vit le service en Église (Jn 19, 25-27)
Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

Jésus, tout au long du chemin de croix, ne s'apitoie pas sur son sort. Au contraire, il est soucieux de tous ceux qu'il rencontre. Il se tourne vers ses bourreaux, vers les femmes de Jérusalem, vers le bon larron,... Il sera serviteur jusqu'à son dernier souffle.

Et bien sûr, il se préoccupe de l'Église naissante représentée par sa mère et par celui que l'évangéliste Jean appelle le « disciple que Jésus aimait ». Dieu a voulu l'Église pour que les hommes Le cherchent ensemble, pour qu'ils Le suivent ensemble, pour qu'ils servent son projet ensemble. Marie n'est pas servante du Seigneur toute seule dans son coin. 

Nous ne sommes pas non plus des serviteurs isolés. C'est ensemble que le Seigneur souhaite que nous vivions cette formidable vocation.

Demandons à Dieu par Marie que nous ayons le goût du collectif, que nous sachions préférer le service en groupe plutôt que tout seul. Qu'Il nous accompagne pour que chacune de nos communautés paroissiales deviennent davantage des Églises au service de notre monde, et tout particulièrement de ceux qui souffrent.

7) Le cœur de la servante du Seigneur écoute (Lc 2, 7…20)
Et Marie mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte. Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » (…) Ils se hâtèrent d’y aller, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé.
Marie entend le récit des bergers, comme elle entendra plus tard celui des mages. Elle sait qu’à travers ce qu’elle vit et les témoignages qu’elle reçoit, Dieu lui parle. Elle choisit donc de garder tous ces matériaux et de les méditer dans le silence de son cœur.

Celui qui choisit d'être serviteur de Dieu doit toujours rester à son écoute. Nous entendons résonner ici la belle parole de Samuel dans le sanctuaire de Silo : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute » (1S 3, 10). En effet, si le projet de Dieu est immuable - le salut de tous les hommes -, il peut se vivre de manière différente tout au long de notre vie. 

Demandons à Dieu par Marie de savoir nous aussi décider des temps de silence pour méditer les signes et les messages qu'Il nous adresse. Que nous ayons non seulement un grand désir de L'écouter mais aussi une vrai habitude d'intériorité qui facilite cette écoute.

8) Le cœur de la servante du Seigneur rend grâce (Lc 1, 46-55)
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »

Dans le Magnificat, Marie chante sa joie d'être la servante du Seigneur. Elle accueille avec allégresse la confiance qui lui est faite, et elle sait par avance que Dieu sera avec elle dans sa pratique du service.

Nous savons que le service est coûteux mais, comme Marie, quelle fierté de penser que Dieu veut nous associer à son projet de salut de tous les hommes. Et puis, le don de soi procure une joie sans pareille. Il nous demande de sortir de notre confort, d'avancer malgré nos fatigues mais à l'arrivée, nous sommes largement payés en retour.

Demandons à Dieu par Marie de vivre le service, même quand il nous en coûte beaucoup, avec une vraie paix et une grande joie intérieure. Que cette paix et cette joie fortifient notre cœur et nous fassent rendre grâce à Dieu de nous avoir entrainés sur le chemin du don de soi. 

9) Marie, servante du Seigneur, accepte ses limites (Lc 2, 41-52)
Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume. À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents. Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances. Ne le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher. C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses. En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! » Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait. Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements. Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.

La fête de la Pâques juive, à l'époque de Jésus, était fêté avec beaucoup de faste dans la ville de Jérusalem. Les historiens racontent que beaucoup de Juifs se rendaient dans la ville sainte et que la campagne tout autour devenait un immense « camping ». Rien d'étonnant à ce que la sainte famille se perde un peu à l'occasion de leur pèlerinage à Jérusalem.

Quand Joseph et Marie retrouvent enfin leur fils dans le Temple, ils n'hésitent pas à lui dire l'angoisse qui les ont pris en le cherchant. Pour Jésus, cette discussion avec les docteurs de la Loi fait tout simplement partie de sa mission. Ces parents ne le comprennent pas. La mission de leur fils les dépasse et ils doivent apprendre à l'accepter. C'est une limite pour eux dans l'accompagnement de leur fils.

Combien plus nous sommes nous aussi des serviteurs limités... Comme Marie, nous devons accepté nos limites. Ce serait une erreur d'attendre d'être parfait pour répondre positivement à l'appel de Dieu à participer à son œuvre de salut. Au contraire, avançons tels que nous sommes et remercions Dieu de nous avoir choisis malgré nos limites et nos fragilités. Souvenons-nous de la parole de saint Paul : « quand je suis faible, c'est alors que je suis fort » (2Co 12, 10).

Demandons à Dieu par Marie de vivre le service sans trop nous soucier de nos limites et de nos fragilités. Que jamais elles nous paralysent, bien au contraire que nos faiblesses soient pour nous un appel à une plus grande humilité et à davantage de confiance en Dieu.

DIVERS CHANTS

1) Couronnée d’étoiles
Nous te saluons, ô toi Notre-Dame,
Marie, Vierge Sainte, que drape le soleil,
Couronnée d’étoiles, la lune est sous tes pas,
En toi nous est donnée l’aurore du salut !

  1. Tu es restée fidèle, Mère au pied de la Croix, 2. Tu es restée fidèle, mère au pied de la croix,
    Soutiens notre espérance et garde notre foi. Soutiens notre espérance et garde notre foi.
    Du Côté de ton Fils, tu as puisé pour nous Du côté de ton fils, tu as puisé pour nous,
    L’eau et le sang versés qui sauvent du péché. L’eau et le sang versés qui sauvent du péché.
  2. Quelle fut la joie d’Eve lorsque tu es montée, 4. O Vierge immaculée, préservée du péché,
    Plus haut que tous les anges, plus haut que les nuées, En ton âme en ton corps, tu entres dans les cieux.
    Et quelle est notre joie, douce Vierge Marie Emportée dans la gloire, sainte reine des cieux,
    De contempler en toi la promesse de vie. Tu nous accueilleras, un jour auprès de Dieu.

2) Salve Regina
Salve, Regina, mater misericordiæ ; Salut, ô Reine, Mère de miséricorde ;
Vita dulcedo et spes nostra, salve. notre vie, notre consolation, notre espoir, salut.
Ad te clamamus, exsules filii Evæ ; Enfants d’Ève, de cette terre d’exil nous crions vers vous ;
Ad te suspiramus, gementes et flentes vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant
In hac lacrimarum valle. dans cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocata nostra, Ô vous, notre Avocate,
Illos tuos misericordes oculos vos regards compatissants,
Ad nos converte. tournez vers nous.
Et Iesum, benedictum fructum ventris tui, Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles,
Nobis post hoc exsilium ostende. après cet exil, obtenez-nous de contempler.
O clemens, o pia, o dulcis Virgo Maria. Ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie !

3) La première en chemin

  1. La première en chemin, Marie tu nous entraînes
    A risquer notre « oui » aux imprévus de Dieu.
    Et voici qu’est semé en l’argile incertaine
    De notre humanité, Jésus Christ, Fils de Dieu.
    Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de foi,
    Ils sont chemins vers Dieu, ils sont chemins vers Dieu.
  2. La première en chemin, joyeuse, tu t’élances,
    Prophète de celui qui a pris corps en toi.
    La Parole a surgi, tu es sa résonance
    Et tu franchis des monts pour en porter la voix.
    Marche avec nous, Marie, aux chemins de l’annonce,
    Ils sont chemins vers Dieu, ils sont chemins vers Dieu.
  3. La première en chemin pour suivre au Golgotha
    Le Fils de ton amour que tous ont condamné,
    Tu te tiens là, debout, au plus près de la croix,
    Pour recueillir la vie de son cœur transpercé.
    Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de croix,
    Ils sont chemins vers Dieu, ils sont chemins vers Dieu.
  4. La première en chemin, brille ton espérance
    Dans ton cœur déchiré et la nuit du tombeau.
    Heureuse toi qui crois d’une absolue confiance ;
    Sans voir et sans toucher, tu sais le jour nouveau.
    Marche avec nous, Marie, aux chemins d’espérance,
    Ils sont chemins vers Dieu, ils sont chemins vers Dieu.
  5. La première en chemin avec l’Eglise en marche,
    Dès les commencements, tu appelles l’Esprit !
    En ce monde aujourd’hui, assure notre marche ;
    Que grandisse le corps de ton Fils Jésus Christ !
    Marche avec nous, Marie, aux chemins de ce monde,
    Ils sont chemins vers Dieu, ils sont chemins vers Dieu.

4) Ave Maria

  1. Les saints et les anges 2. Au salut du monde
    En chœur glorieux Pour mieux travailler
    Chantent vos louanges Qu’une foi profonde
    Ô Reine des cieux. Nous aide à prier.

Ave, Ave, Ave Maria (bis)

  1. Avec vous, ô Mère 4. Voyez la misère
    Nous voulons prier De tous les humains.
    Pour sauver nos frères Pitié douce Mère
    Et les sanctifier Tendez leur la main.

5) Chercher avec toi dans nos vies
Chercher avec toi dans nos vies,
les pas de Dieu, Vierge Marie
Par Toi accueillir aujourd’hui,
le don de Dieu, Vierge Marie.

  1. Puisque tu chantes avec nous: Magnificat, Vierge Marie
    Permets la Pâque sur nos pas, nous ferons tout ce qu’Il dira.
  2. Puisque tu souffres avec nous, Gethsémani, Vierge Marie,
    Soutiens nos croix de l’aujourd’hui, entre tes mains, voici ma vie.
  3. Puisque tu demeures en nous, pour l’Angélus, Vierge Marie
    Guide nos pas dans l’inconnu, car tu es celle qui a cru.

6) Apprends-moi maman
Apprends-moi Maman à dire OUI,
Quand le Seigneur frappe à ma porte.
Je te prends pour mon modèle,
Prête-moi ton cœur, Ô Marie.

  1. À l´Esprit-Saint, tu as dis OUI, 2. Tu es la Mère du Seigneur,
    À Gabriel tu as dis OUI, Tu es la Mère du Sauveur,
    Toujours des OUI, pour plaire à Dieu, Tu es la Mère du Christ Jésus,
    Prête-moi ton cœur, Ô Marie. Prête-moi ton cœur, Ô Marie.
  2. Tu es la Mère des chrétiens,
    Tu es la Mère des païens,
    Tu es la Mère de tout le monde,
    Prête-moi ton cœur, Ô Marie.

7) Tu as porté celui qui porte tout
Tu as porté celui qui porte tout,
notre Sauveur en ton sein a pris chair,
Porte du Ciel, Reine de l’univers,
ô Marie, nous te saluons !

1) Par amour, ton Dieu t’a choisie, Vierge bénie. 2) Tu accueilles, servante de Dieu, l’Ange des cieux.
Le Seigneur exulte pour toi, tu es sa joie ! La promesse en toi s’accomplit : tu as dit oui !

3) L’Esprit Saint est venu sur toi, élue du Roi. 4) Mère aimante au pied de la Croix, tu nous reçois.
Tu nous donnes l’Emmanuel, Eve nouvelle ! Par Jésus, nous sommes confiés à ta bonté.

8) Regarde l’étoile
1) Si le vent des tentations s’élève, 2) Dans l’angoisse et les périls, le doute,
si tu heurtes le rocher des épreuves, quand la nuit du désespoir te recouvre,
si les flots de l’ambition t’entraînent, si devant la gravité de tes fautes,
si l’orage des passions se déchaîne : la pensée du jugement te tourmente :

R/ Regarde l’étoile, invoque Marie,
si tu la suis, tu ne crains rien !
Regarde l’étoile, invoque Marie,
elle te conduit sur le chemin !

3) Si ton âme est envahie de colère, 4) Elle se lève sur la mer, elle éclaire,
jalousie et trahison te submergent, son éclat et ses rayons illuminent,
si ton cœur est englouti dans le gouffre, sa lumière resplendit sur la terre,
emporté par les courants de tristesse : dans les cieux et jusqu’au fond des abîmes.
9) Toi, notre-Dame
Toi, notre Dame, nous te chantons ! Toi qui portes la vie, toi qui portes la joie,
Toi, notre Mère, nous te prions ! toi que touche l’ Esprit, toi que touche la croix.

 Toi qui donnes l’espoir, toi qui gardes la foi, Toi le cœur sur la main, toi la joie pour les yeux,
toi qui passes la mort, toi debout dans la joie. toi, le miel et le vin, ô sourire de Dieu.

10) Chez nous soyez Reine
Chez nous soyez Reine, nous sommes à vous,
Régnez en souveraine, chez nous, chez nous.
Soyez la madone qu’on prie à genoux,
Qui sourit et pardonne, chez nous, chez nous.

1/ Salut, ô Notre-Dame, 2/ Vous êtes notre Mère, 3/ L’Archange qui s’incline
Nous voici devant Vous, Portez à votre Fils Vous loue au nom du ciel.
Pour confier nos âmes La fervente prière Donnez la paix divine
A votre cœur si doux. De vos enfants chéris. A notre cœur mortel.

4/ Gardez, ô Vierge pure, 5/ Dites à ceux qui peinent 6/ A notre heure dernière,
O Cœur doux entre tous Et souffrent sans savoir Accueillez dans les cieux
Nos âmes sans souillure, Combien lourde est la haine, A la maison du Père
Nos cœurs vaillants et doux. Combien doux est l’espoir. Notre retour joyeux

11) Regina Caeli
Regina caeli, laetare, alleluia ! Reine du Ciel, réjouissez-vous, alléluia !
Quia quem meruisti portare, alleluia ! Car Celui dont vous avez l’honneur d’être la mère, alléluia !
Resurrexit sicut dixit, alleluia ! Est ressuscité, comme Il l’avait annoncé, alléluia !
Ora pro nobis Deum, alleluia ! Priez Dieu pour nous, alléuia !

12) Esprit de sainteté
Esprit de Sainteté, viens combler nos cœurs,
Tout au fond de nos vies, réveille ta puissance.
Esprit de Sainteté, viens combler nos cœurs,
Chaque jour, fais de nous des témoins du Seigneur.

Tu es la lumière qui vient nous éclairer,
Le libérateur qui vient nous délivrer,
Le consolateur, Esprit de vérité,
En toi l’espérance, et la fidélité.

13) Viens Esprit de Sainteté
Viens Esprit de sainteté,
Viens Esprit de lumière,
Viens Esprit de feu,
Viens nous embraser !

  1. Viens Esprit du Père, sois la lumière, 2. Témoin véridique, tu nous entraînes
    Fais jaillir des cieux ta splendeur de gloire. A proclamer: Christ est ressuscité !
  2. Viens, onction céleste, source d’eau vive, 5. Fais-nous connaître l’amour du Père
    Affermis nos cœurs et guéris nos corps. Et révèles-nous la face du Christ.

14) Que ma bouche chante ta louange
De toi, Seigneur, nous attendons la vie, Que ma bouche chante ta louange. 
Tu es pour nous un rempart, un appui, Que ma bouche…
La joie du cœur vient de toi ô Seigneur, Que ma bouche…
Notre confiance est dans ton nom très saint ! Que ma bouche… 

Sois loué Seigneur, pour ta grandeur, Sois loué pour tous tes bienfaits. 
Gloire à toi Seigneur, tu es vainqueur, Ton amour inonde nos cœurs. 
Que ma bouche chante ta louange !

Seigneur, tu as éclairé notre nuit, Que ma bouche chante ta louange.
Tu es lumière et clarté sur nos pas, Que ma bouche…
Tu affermis nos mains pour le combat, Que ma bouche…
Seigneur tu nous fortifies dans la foi ! Que ma bouche…

15) Acclamez Dieu toute la terre
1) Acclamez Dieu toute la terre,
Servez-le dans l’allégresse,
Allez à lui avec des chants de joie,
Car éternel est son amour.
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia.

2) Allez à lui en rendant grâce, 3) Lui, le Seigneur est notre Dieu,
Dans ses parvis avec des hymnes, Nous le troupeau de son bercail,
Rendez-lui grâce et bénissez son nom, Il nous a faits et nous sommes à lui,
Car éternel est son amour. Car éternel est son amour.

16) Bénissez Dieu
Bénissez Dieu, vous serviteurs de Dieu,
Vous tous qui demeurez dans la maison de Dieu.
Levez les mains vers le Dieu trois fois saint,
Proclamez qu’il est grand que son nom est puissant.

  1. Oui, je le sais notre Seigneur est grand, 2. Reconnaissez que le Seigneur est bon !
    Il est fidèle en tout ce qu’il a fait. Tout ce qu’il veut, sa main peut l’accomplir.
    Du fond des mers jusqu’au fond des abîmes, Je veux chanter la douceur de son nom,
    Depuis la terre jusqu’au plus haut du ciel ! Béni soit Dieu par toutes les nations !

17) Je t’exalte ô roi mon Dieu
Je t’exalte ô roi mon Dieu,
Je bénis ton nom à jamais,
Je veux te bénir chaque jour,
Louer ton nom toujours et à jamais.

1 – Le Seigneur est tendresse et pitié, 2 – Je veux te bénir chaque jour,
Il est lent à la colère et plein d’amour, Louer ton nom toujours et à jamais !
Le Seigneur est bonté envers tous, Dieu grand est louable hautement,
Ses tendresses vont à toutes ses œuvres. Point de mesure à sa grandeur.

3 – Que tes œuvres, Seigneur te rendent grâce,
Que tes amis, bénissent ton nom,
Qu’ils disent la gloire de ton règne,
Qu’ils parlent ô Dieu de ta prouesse.

18) Je veux chanter ton amour Seigneur
Je veux chanter ton amour, Seigneur,
Chaque instant de ma vie.
Danser pour toi en chantant ma joie
Et glorifier ton nom.

1 – Ton amour pour nous est plus fort que tout 2 – Oui, Tu es mon Dieu, Tu es mon Seigneur,
Et tu veux nous donner la vie, Toi seul es mon libérateur,
Nous embraser par ton Esprit. Le rocher sur qui je m’appuie.
Gloire à toi ! Gloire à toi !

3 – Car Tu es fidèle, Tu es toujours là,
Tout près de tous ceux qui Te cherchent.
Tu réponds à ceux qui T’appellent.
Gloire à toi !

19) Jésus-Christ est Seigneur, Alléluia!
Alléluia, Alléluia, Alléluia! …

  1. Jésus-Christ est Seigneur, Alléluia! 2. Par son sang, il nous a délivrés,
    Jésus-Christ est vivant, ressuscité, Du pêché, des ténèbres et de la mort,
    Par sa mort, il a vaincu la mort, Il nous a rachetés pour toujours,
    Alléluia! Alléluia !
  2. Aujourd’hui nous en sommes témoins, 4. Louez-le car il vient pour vous sauver,
    Son amour est plus fort que la mort, Exultez car voici votre sauveur
    Par sa croix, il nous a rachetés, Il est Dieu, il est roi victorieux,
    Alléluia ! Alléluia !

20) Ne crains pas
Ne crains pas, Je suis ton Dieu,
C’est Moi qui t’ai choisi, appelé par ton nom.
Tu as du prix à mes yeux et Je t’aime.
Ne crains pas car Je suis avec toi.

21) Vous serez vraiment grand
Vous serez vraiment grands,
Dans la mesure où vous êtes petits.
vous serez alors grands dans l’amour,
vous serez alors grands dans l’amour.

22) Jésus, me voici devant Toi
Jésus, me voici devant Toi, tout simplement dans le silence,
rien n’est plus important pour moi que d’habiter en ta présence.

23) Christe Salvator
Christe Salvator, Filius Patris, dona nobis pacem.
Christ Sauveur, Fils du Père, donne-nous la paix.

24) Mon âme se repose en paix
Mon âme se repose en paix sur Dieu seul.
De Lui, vient mon salut.
Oui, sur Dieu seul mon âme se repose,
se repose en paix.

25) Oui, Seigneur tu es bon
Oui Seigneur Tu es bon !
Oui Seigneur Tu es ma force !
Oui Seigneur Tu es bon ! Alléluia !

Crions de joie pour le Seigneur,
Soyons remplis d’amour pour Lui,
La terre est pleine de Son amour! Alléluia !

Ma force et ma joie sont en Lui, Il n’y a rien de si merveilleux,
Ma citadelle c’est Son Esprit, Que d’avoir Jésus pour Sauveur,
Il m’a sauvé, m’a délivré! Alléluia! Car Lui seul est digne de louange! Alléluia!

PRIÈRE À NOTRE-DAME DES VERTUS
Notre-Dame des Vertus,
ici, à Aubervilliers, tu as intercédé auprès de ton fils
aussi bien pour des rois que pour des enfants.

Aujourd’hui, venus de tous horizons,
nous sommes venus célébrer la Miséricorde Divine.
Que ton fils soit béni pour l’Amour infini
qu’Il nous porte et qu’Il porte au monde entier.

Aujourd’hui, nous demandons à ton fils,
par ton intercession,
qu’Il nous donne la grâce
de faire l’expérience concrète de son amour.

Aujourd’hui, nous demandons à ton fils,
par ton intercession,
qu’Il nous donne la grâce
de rayonner sa Présence et son Amour
dans nos familles, dans nos paroisses, dans nos quartiers,
sur nos lieux de travail et partout où Il nous fait vivre.

Aujourd’hui, nous demandons à ton fils,
par ton intercession,
qu’Il creuse en nous le désir
de partager le trésor de son Amour infini.

Hier, par ton intercession, Ô Notre-Dame des Vertus,
la pluie a mouillé la terre d’Aubervilliers ;
aujourd’hui, que ce soit une pluie de grâces
qui viennent toucher nos âmes
pour sa plus grande gloire et pour le salut du monde.

Ô Marie, Notre-Dame des Vertus, nous t’aimons.

BÉNÉDICTION DE DÉPART
Que descende sur nous qui partons la bénédiction de Dieu :
que notre route soit toujours agréable ;
que le vent souffle toujours sur nos épaules
et que le soleil vienne réchauffer notre visage, 
et la pluie tombe doucement sur notre tête. 

Tant que nous ne serons pas de retour à la maison, 
Dieu garde-nous entre tes mains.
« 
Tu chemines toujours à notre côté,
même quand nous ne nous en rendons pas compte ;
Tu nous guides le long de la route,
où se révèle la gloire du Très-Haut.
Donne-nous des mains promptes à aider,
mets dans notre bouche parole et sourire de bonté.

Fortifie nos pieds, 
car la route est encore longue devant nous.

Chacun se sent parfois un voyageur solitaire
pour découvrir que tu nous aimes particulièrement.
Aide-nous à découvrir que c’est seulement en faisant la route ensemble
que nous te rejoindrons.
Seigneur, nous sommes ton peuple en chemin.
Sois notre guide et notre berger.
Amen

BÉNÉDICTION DES FILS D’AARON
Que le Seigneur vous bénisse et vous garde. R/ Amen

Que le Seigneur fasse resplendir sur vous son visage
et vous accorde sa grâce. R/ Amen

Que le Seigneur tourne vers vous son visage
et vous apporte la paix. R/ Amen

Poster un commentaire